Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 

TACHON Eugène Antonin

SHD 1 K 843

Est né le 22 mai 1899 au domicile de ses parents au lieudit La Sabotière à Montaigu-le-Blin (03). Son père Antoine est charpentier et sa mère Elisabeth née ROUX est sans profession.

Il est incorporé le 21 janvier 1918 comme engagé volontaire et est affecté au 85ème Régiment d'Artillerie Lourde.
 
Source de la photo: Service Historique de la Défense 1 K 843 Alliance transmise par François Romon. Remerciements.
 
 
Le 11 juin 1922 il épouse Marguerite CHARGUERAUD à Montaigu-le-Blin et ils ont deux enfants, Paulette et Guy.

Ils sont épiciers et sont domiciliés 51, rue de Paris à Vichy (03).

Il est arrêté -ainsi que son épouse et leur fille Paulette- le 20 avril 1943 à Vichy «pour activité très intense en faveur d'un service de renseignements ennemi». Le réseau auquel il est fait allusion est le réseau "Alliance", très bien implanté dans l'agglomération vichyssoise, dont le chef est le général Camille RAYNAL. Il s'est spécialisé dans le renseignement militaire et dispose d'une filière d'évasion efficace.
 
 

Réseau «Alliance»: cet important réseau de renseignement essentiellement militaire- mais aussi filière d'évasion- est créé en avril 1941 par le commandant Georges Loustaunau-Lacau.

D'abord pétainiste, puis giraudiste, il va finalement se rallier au général De Gaulle début 1944. Il est dirigé par Marie-Madeleine Fourcade et le commandant Faye.

Source: Dictionnaire Historique de la Résistance.



Eugène TACHON entre au réseau "Alliance" en juillet 1942 sous le pseudonyme de «Le Bœuf». Il sert d'abord de «boîte aux lettres», puis d'agent de liaison et de renseignements.

Suite à son arrestation Eugène TACHON est ensuite interné à la Mal-Coiffée, prison militaire allemande à Moulins (03). Son épouse et sa fille seront relâchées. De Moulins il est transféré à la prison de Fresnes où sont rassemblés les membres du réseau "Alliance".

Le 17 janvier 1944 il fait partie des 1943 hommes déportés de Compiègne à Buchenwald où il arrive le 19 dans le convoi N° I.171. Il reçoit le matricule N° 40222 et après la quarantaine il est transféré le 22 février à Mauthausen où il arrive le 25.
 
Source du document ci-contre: Archives Municipales de Vichy H 101 Boîte N° 5.
Il reçoit un nouveau matricule, le N°54056, et reste au camp central avant d'être  affecté le 4 mai 1944 au Kommando de Linz II.

Source du document ci-dessus: Service International d Recherches d'Arolsen 7252001.

Linz : Kommando du KL Mauthausen. Ce Kommando, situé à Linz en Haute-Autriche, accueille des usines du groupe « Hermann Göring Werke S.A .» s’occupant notamment de traitement de scories, de fabrication d’acier, de construction ferroviaire et de chars de combat. Linz I est créé le 2 février 1943   (et fermé en août 1944), Linz II le 27 février 1944 et Linz III le 22 mai 1944.

Source : Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.


Il est renvoyé le 31 octobre 1944 au camp central  où il reste jusqu'au 17 février 1945, date à laquelle il  est affecté au Kommando de Gusen.
Gusen: Kommando du KL Mauthausen.  A Gusen, les Nazis exploitent les carrières de granit, grâce notamment à l'envoi dès 1940 de milliers de Républicains espagnols. A partir de 1943, les détenus y sont massivement utilisés dans les usines installées par les firmes Steyr, Daimler, Puch et Messerschmitt pour la fabrication des pièces de fusils et des moteurs d'avions. En 1944, pour parer aux attaques aériennes, des galeries souterraines abritent progressivement des chaînes de montage. Gusen II voit ainsi le jour pour recevoir les milliers de prisonniers nécessaires à ces travaux de creusement.
Source: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.


Il est de nouveau renvoyé au camp central de Mauthausen où il décède le 31 mars 1945  selon l'état civil de Montaigu-le-Blin et le JO N° 251 du 28 octobre 1999.

 
Il figure sur l'Appel des Morts du réseau "Alliance".
 
"Mort pour la France"

Selon le Service Historique de la Défense (Dossier GR 16 P 560263), il est homologué en tant que Résistant au titre des D.I.R. (Déportés et Internés Résistants).

La carte de Déporté Résistant N° 1.011.19595 lui est attribuée à titre posthume sur décision du Ministère des Anciens Combattants et Victimes de Guerre en date du 11 septembre 1953.

 
 
DIAC Clermont-Ferrand

Source du document ci-dessus: Direction Interdépartementale des Anciens Combattants de Clermont-Ferrand.

"Mort en déportation" suivant l'arrêté du Secrétaire d'Etat à la Défense chargé des Anciens Combattants en date du 19 juillet 1999 paru au Journal Officiel n°251 du 28 octobre 1999.

 

Sources:

- Archives Départementales de l'Allier 1864 W 1, 1289 W 51, 778 W 1580.1,

- Archives Départementales du Puy-de-Dôme  908 W 168

- Archives Municipales de Vichy H 101 Boîte N° 5


- Dictionnaire historique de la Résistance sous la direction de François Marcot Robert Laffont 2006

- Etat civil de Montaigu-le-Blin (03) et de Vichy (03)

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation Editions Tirésias 2004

- Mauthausen Le Troisième Monument  Amicale de Mauthausen

- Mémorial de l'Alliance  Amicale de l'Alliance

- Mémorial Buchenwald Dora Kommandos  Association Française Buchenwald Dora et Kommandos

- memorialgenweb site Internet

- Service Historique de la Défense 1 K 843 Alliance transmis par François Romon

- Service Historique de la Défense (Dossier GR 16 P 560263)

- Service International de Recherches d'Arolsen 7252001,
 
© AFMD de l'Allier