Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 

BONNET André François

Nous sommes à la recherche d'une photo.

Est né le 6 février 1920 au domicile de ses parents Faubourg de Loire à La Charité-sur-Loire (58). Son père Anatole est peintre et sa mère Jeanne née LANGOU est ménagère.

Il fait un mois de service militaire et passe sept mois au Chantier de Jeunesse.

Célibataire il est domicilié Place des Halles à Saint-Pourçain-sur-Sioule (03).

Faisant partie des classes 1920-21-22 il est requis pour le STO (Service du Travail Obligatoire).


Par la loi du 16 février 1943 du gouvernement de l'Etat Français est créé le Service du Travail Obligatoire qui impose aux hommes nés au dernier trimestre 1919 ou en 1920-21-22 d'aller travailler pendant deux ans en Allemagne.

Il accomplit ledit S.T.O. au Camp de Saint-Loup (03) où se trouve un dépôt de munitions. Il y est employé comme manœuvre.

Il est arrêté par les Allemands  le 10 juin 1943 à la sortie du camp de Saint-Loup.

Selon une note de police
«La plupart des 8 employés arrêtés ce jour ont été trouvés porteurs de munitions à la suite d'une fouille intervenue à leur sortie du camp. Les autres ont été accusés de sabotage».

Il est transféré à Vichy (03) Boulevard des Etats-Unis, siège de la Gestapo.

Il est ensuite interné à la Mal-Coiffée, prison militaire allemande à Moulins (03),et à Compiègne où il arrive le 13 juillet 1943.

Le 2 septembre 1943 il est déporté de Compiègne à Buchenwald où il arrive le 4 dans le convoi N° I.131. Il reçoit le matricule N° 20714 et après la quarantaine il est envoyé au Kommando de Laura.
 
 
Laura ou Saalfeld: Kommando de Buchenwald. Après le bombardement du site de Peenemünde la décision est prise de disperser les autres sites concernés par la fabrication des V2. C'est en septembre 1943 qu'ouvre ce Kommando situé à 30 km au sud-est de la ville de Saalfeld. Relié au programme des armes secrètes, il reçoit le nom de code «Laura» et occupe une carrière d'ardoise au sud de la Thuringe. Les détenus doivent creuser des galeries (de septembre 1943 à avril 1944) avant d'y installer une usine souterraine (à partir d'avril 1944) . Ils sont près de 700 en janvier 1945. Il est évacué vers Dachau.
Source: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.
 
 

Il est évacué, car inapte, soit fin mars soit fin mai 1944.

Il décède le 1er juin 1944 à Buchenwald selon l'état civil de La Charité-sur-Loire et le JO N° 226 du 30 septembre 1987.

Son nom figure au Monument aux Morts de Saint-Pourçain-sur-Sioule.

Photos: AFMD de l'Allier.

"Mort en déportation" suivant l'arrêté du Secrétariat d'Etat aux Anciens Combattants en date du 26 août 1987 paru au Journal Officiel N° 226 du 30 septembre 1987.

Sources:

- Archives Départementales de l'Allier 1289 W 91, 1580 W 7,

- Etat civil de La Charité-sur-Loire (58)

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation Editions Tirésias 2004

- Mémorial Buchenwald Dora Kommandos Association française Buchenwald Dora et Kommandos

- MemorialGenWeb site Internet
 
© AFMD de l'Allier