Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 

LAJOIE Francis Mathieu

Nous sommes à la recherche d'une photo.

est né le 21 septembre 1899 au domicile de ses parents à Lignerolles (03)

Son père François et sa mère Marie née JACQUINET sont cultivateurs.

Incorporé le 16 avril 1918 au 27ème Régiment d'Artillerie de Campagne il fait la campagne contre l'Allemagne dans la Zone des Armées du 16 septembre 1918 au 23 octobre 1919. Il est démobilisé le 21 mars 1921.

Il exerce la profession de wagonnier au chemin de fer. Il arrive à Reims (51) en janvier 1924. Il est domicilié aux Baraquements de la Compagnie de l'Est.

En 1944 il est célibataire, réside 17, rue Chavaillaud à Reims et a été promu chef de train.

Il est arrêté par les autorités allemandes le 17 juin 1944 à 19 heures et interné à Reims.

En réponse au préfet de la Marne qui s'enquiert du motif de l'arrestation de Francis LAJOIE, le commandant de la Police Spéciale et du S.D. à Châlons-sur-Marne indique que:

«Le cheminot LAJOIE devait accompagner le 17.6.1944 un train allemand avec un chargement secret comme chef de train. Bien qu'il lui eût été défendu de se rendre compte de la nature du chargement il a en gare de Reims ouvert une bâche de wagon et a pris connaissance du matériel de l'armée allemande qui y était contenu.

La libération du sieur LAJOIE ne saurait être envisagée dans un avenir prochain».
 
 

Le 15 juillet 1944 il est déporté de Compiègne à Neuengamme où il arrive le 18 dans le convoi N° 247. Il reçoit le matricule N° 37524 et après la quarantaine il est transféré au Kommando de Bremen-Farge.

Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation
 
Il décède le 19 décembre 1944 à Brème-Farge selon l'état civil de Lignerolles et le JO N° 190 du 18 août 1992.
 
 
Stèle à la gare de Reims quai N° 1 en hommage aux agents de la SNCF tués pour faits de guerre. Photos transmises par le CRDP de Champagne-Ardenne. Remerciements
 
Selon le Service Historique de la Défense (Dossier GR 16 P 331840),  il est homologué en tant que Résistant au titre des F.F.C. (Forces Françaises Combattantes).

Son nom figure au Monument aux Morts de Lignerolles.

 Photos transmises par la mairie de Lignerolles. Remerciements.
 
"Mort en déportation" suivant l'arrêté du Secrétariat d'Etat aux Anciens Combattants en date du 7 juillet 1992 paru au Journal Officiel N°190 du 18 août 1992.

Sources:

- Archives Départementales de l'Allier 1 R 1919.930.2427,

- Archives Départementales de la Marne M 3017

- CRDP de Champagne-Ardenne

- Etat civil de Lignerolles (03)

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation Editions Tirésias 2004

- Mémorial des Français à Neuengamme Amicale de Neuengamme

- MemorialGenWeb  site Internet

- Service Historique de la Défense (Dossier GR 16 P 331840)
 
©  AFMD de l'Allier