Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 

VILAIN Fernand

Nous sommes à la recherche d'une photo.

Est né le 25 septembre 1896 à Drocourt (62). Son père  Ferdinand est mineur et sa mère  Héloïse née  LOORE est ménagère.

Il est mobilisé du 9 avril 1915 au 5 septembre 1919. Lui sont attribuées la Médaille Militaire et la Croix de Guerre avec 5 citations.
 
 

Ses parents sont réfugiés dans l'Allier à Montcombroux-les-Mines.

Il est caporal au 104ème Régiment d'Infanterie quand il épouse Jeanne DORARD à Thionne (03) le 11 mai 1918.


Il entre à la SNCF le 1er novembre 1920.

Commis de 1ère classe il est employé comme comptable à la SNCF à Moulins (03), mais il est domicilié en dernier lieu au 12, rue Lenôtre à Yzeure (03)

Il est arrêté le 18 novembre 1941 vers 17 heures pour «avoir facilité le franchissement de la Ligne de Démarcation à des passagers clandestins».

Il est interné à la Mal-Coiffée, prison militaire allemande à Moulins, où il est utilisé comme cuisinier!

Le Service Central de la SNCF à Paris attend le 11 juin 1942 –près de 7 mois- pour demander à de BRINON, ambassadeur de France auprès des nazis, «de bien vouloir examiner la possibilité d'une intervention de votre part auprès des Autorités Allemandes en vue d'obtenir l'élargissement de cet agent, incarcéré à la prison de Moulins»!!

 
Source du document ci-dessus: Division des Archives des Victimes des Conflits Contemporains.

Note: Fernand de BRINON né le 26 août 1885 à Libourne (33), ambassadeur de l'Etat Français auprès des Allemands à Paris, collaborateur exécuté le 15 avril 1947 à Montrouge (92).

La lettre n'est pas encore arrivée à son destinataire que Fernand VILAIN est déjà parti! En effet le 12 juin 1942 il fait partie des 49 déportés «Nuit et Brouillard» de Paris à Hinzert.

 
Procédure Nacht und Nebel
instaurée par le décret Keitel de décembre 1941 pour «des actes délictueux» tels que espionnage, sabotage, détention illégale d'armes, etc. Ce décret prévoit le transfert en Allemagne en vue d'un jugement dans le secret absolu. Les déportés doivent disparaître dans «la nuit et le brouillard», c'est-à-dire sans laisser de trace.
 
Source du document ci-dessus: Service International de Recherche d'Arolsen 1.1.13.1 / 449301.


A Hinzert il reçoit le matricule N° 4363 et est transféré

- le 24 juillet 1942 à la prison de Wittlich: prison située près de Cologne. Notamment lieu de prévention des hommes «NN» venant d'Hinzert et devant être jugés au tribunal de Cologne.

- le 1er avril 1943 à la prison de Cologne où siège le tribunal chargé des affaires «NN» venant de France jusque dans l'été 1943.

 
Source du document ci-dessus: Service International de Recherche d'Arolsen 1.2.2.1 / 11371933.

Il est ensuite transféré à la prison de Sonnenburg (Slonsk en polonais). Prison située près de Francfort-sur-Oder où les hommes déportés «NN» subissent les peines de travaux forcés.

Il décède le 15 juillet 1944 à Sonnenburg (Allemagne) selon l'état civil d'Yzeure et le JO N° 65 du 18 mars 2003.

Son nom figure au Monument aux Morts d'Yzeure et à la gare SNCF quai N° 1  à Moulins.
 
 
Document de  gauche: Monument aux Morts d'Yzeure. Photo: Jeanne Chaussard.
Document de  droite: Plaque à la gare SNCF de Moulins quai N° 1 en mémoire des agents de la SNCF décédés au cours de la Deuxième Guerre Mondiale. Photo: AFMD de l'Allier.
 
Il faudra attendre l'arrêté du 28 janvier 2003 paru au Journal Officiel N° 65 du 18 mars 2003 pour que lui soit attribuée la mention "Mort en déportation" !

Sources:

- Archives Départementales de l'Allier 1864 W 1

- Division des Archives des Victimes des Conflits Contemporains

- Etat civil de Drocourt (62), de Thionne (03) et d'Yzeure (03)

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation Editions Tirésias 2004

- MemorialGenWeb  site Internet
 
- Service International de Recherche d'Arolsen 1.1.13.1 / 449301, 1.1.13.1 / 449300, 1.2.2.1 / 11371933,

 
©  AFMD de l'Allier