Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 
MARTIN Jean Emile François
 
 
Archives de la famille

Est né le 11 juin 1920 au domicile de ses parents rue de l'Etoile à Amiens (80). Son père Alfred est ajusteur mécanicien et sa mère Lucie née DELAMOTTE est sans profession.

Il est dessinateur quand il s'engage pour un an le 12 octobre 1942 au GFTA (Groupe des Forces Terrestres Antiaériennes) N° 88. Il est rayé des contrôles le 12 octobre 1943 à l'expiration de son contrat.

Il est gardien de la paix à Bellerive-sur-Allier (03) quand il épouse Bernadette BOUTHORS à Méaulte (80) le 26 avril 1943.
 
Photo ci-contre et ci-dessous: Archives de la famille.
Il appartient aux G.M.R. (Groupes Mobiles de Réserve) qui stationnent à l'Hippodrome de Bellerive-sur-Allier (03).
 
Les G.M.R. sont créés par le décret du 7 juillet 1941 et relèvent de la Sécurité Publique et donc de la police. Leur mission est d'assurer le maintien de l'ordre, mais fin 1943 ils vont commencer à être utilisés à des fins militaires, notamment contre les maquis, dont celui de la Pourière à Châtel-Montagne.
Ils sont dissous à la Libération et, après épuration, intégrés aux C.R.S. (Compagnies Républicaines de Sécurité).
 
Il est arrêté en compagnie de 3 autres gardiens des G.M.R., François GALLIANI, Roger ROUEIRE et Henri SCHILDKNECHT.

Selon une note de police «Ces arrestations ont bien été effectuées par la Gestapo de Vichy sur l'indication du nommé H…… René, chef de garage de la Gestapo, 21 rue Rambert et indicateur de la police allemande. Cet individu qui consommait au tabac-bar BOUSSANGE en même temps que les G.M.R. aurait surpris une conversation au cours de laquelle les G.M.R tenaient des propos assez violents contre les Allemands et leur police». Source: Archives Départementales de l'Allier 1580 W 8 Dossier Galliani.


Sur instructions du Sous-Préfet de Vichy, le Commissaire Principal de Vichy interrogea le 23 juin 1954 André BOUSSANGE qui déclara: "Le 4 mai 1944, quatre jeune gens consommaient dans mon établissement. Parmi ceux-ci, je connaissais particulièrement les nommés ROUEIRE Roger et SCHILDKNECHT.
A un certain moment, ils sortirent dans la rue et se trouvèrent nez à nez avec plusieurs agents de la Gestapo qui, sous la menace de leurs armes, les invitèrent à lever les bras et les conduisirent ainsi au siège de la Gestapo qui était très proche de chez moi (100 mètres environ)"
(Source: Archives Départementales de l'Allier 1580 W 9).

Il est interné à la Mal-Coiffée, prison militaire allemande à Moulins (03), puis transféré à Compiègne.

Le 18 juin 1944 il est déporté de Compiègne à Dachau où il arrive le 20 dans le convoi N° I.229.

 
 
Source du document ci-dessus: Mémorial annuaire des Français de Dachau.

Il reçoit le matricule N° 72753 et, après la quarantaine, il est transféré au Kommando de Kempten.

 
Kempten: Kommando du KL Dachau. Ouvert en novembre 1944, ce Kommando travaille pour la firme F.Sachse. Il est situé dans le sud-ouest de la Bavière.
Source: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.
 
 
Il y est libéré le 28 avril 1945.

La carte de C.V.R. (Combattant Volontaire de la Résistance) lui est refusée et celle de Réfractaire (au S.T.O.) lui est attribuée.

Source du document ci-dessus: Archives Départementales de la Somme.

Il décède le 1er septembre 1996 à Salouël (80).

 

Sources:

- Archives Départementales de l'Allier 1580 W 9

- Archives Départementales de la Somme   1 R 1940.2967,

- Archives de la famille

- Etat civil d'Amiens (80)

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation Editions Tirésias 2004

- Mémorial annuaire des Français de Dachau   Amicale des Anciens de Dachau  1987
 
©  AFMD de l'Allier