Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 

MORIN Jacques Amand Paul


Est né le 7 septembre 1924 au domicile de ses parents au 93, rue de Lyon à Moulins (03). Son père Georges Amand Marie est ingénieur électricien et sa mère Suzanne Laure Marie née DELENS est sans profession.

Il est Elève Officier d’Active à l’Ecole Militaire Supérieure de Saint-Cyr déplacée à Aix-en-Provence du 15 octobre 1942 au 31 novembre 1942. Ses parents sont alors domiciliés au N° 62, rue des Pêcheurs à Moulins.

Suite à la dissolution de l’Armée d’Armistice le 27 novembre 1942, il est reclassé comme étudiant à la Faculté des Lettres de Paris par le Ministère de la Défense Nationale.

Source de la photo ci-contre: Association "des Amis du Chef de Bataillon Morin".

 
Le 1er septembre 1943 il entre dans la Résistance au Maquis de la Drôme sous les ordres du Capitaine de CHALLAN-BELVAL jusqu’en février 1944. En avril 1944 il entre à l’O.R.A.
Organisation de Résistance de l'Armée
A l'origine organisation de cadres officiers et sous-officiers, l'ORA a recruté ses effectifs surtout parmi les démobilisés de l'Armée d'Armistice répondant à l'appel de leurs anciens officiers, parmi les Chantiers de Jeunesse, les saint-cyriens chassés de l'école d'Aix-en-Provence ou des étudiants candidats à Saint-Cyr.
Militaire, se voulant apolitique, dûment hiérarchisée avec un général à sa tête et des commandements régionaux, elle est très soucieuse de conserver son autonomie et s'oppose à l'action immédiate, se préparant pour le jour J.
Etiquetée vichyste, puis giraudiste, l'ORA doit surmonter les préventions des mouvements, mais sa progressive extension dans les deux zones lui permet d'être prise en considération.
Source: Dictionnaire Historique de la Résistance sous la direction de François Marcot.

Il est officier de liaison entre Paris et la Nièvre et est arrêté sur dénonciation le 7 juin 1944 à 6 H 30 par 2 agents de la Gestapo au 61, rue Madame à Paris (6ème) où se trouve la Maison des Etudiants .

Il est interné à la prison de Fresnes.

 

Le 15 août 1944 il est déporté de Paris gare de Pantin à Buchenwald où il arrive le 18 dans le convoi N° I.264. Il reçoit le matricule N° 77483.

Document ci-dessus: Fiche individuelle à Buchenwald. Source:  Service International de Recherche d'Arolsen 1.1.5.3 / 6658097.

Après la quarantaine il est transféré au Kommando de Dora le 3 septembre...

Source des documents ci-dessus: Service International de Recherche d'Arolsen 1.1.5.1 / 5317250 et 1.1.5.1 / 5317252.
 
Dora: Ce camp dépend à l'origine du KL Buchenwald qui n'est situé qu'à environ 80 km. Il a été créé en septembre 1943 pour accueillir dans ses tunnels l'usine de Peenemünde bombardée par la RAF le 17 août 1943. Les déportés travaillent en deux équipes de douze heures. Ils creusent des galeries dans des conditions inumaines. Ils restent six mois sans voir le jour et couchent à même le sol. La mortalité est très élevée. Dora devient autonome en octobre 1944.
Source: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

... puis au Kommando de Laura le 30 septembre.

Laura ou Saalfeld: Kommando de Buchenwald. Après le bombardement du site de Peenemünde la décision est prise de disperser les autres sites concernés par la fabrication des V2. C'est en septembre 1943 qu'ouvre ce Kommando situé à 30 km au sud-est de la ville de Saalfeld. Relié au programme des armes secrètes, il reçoit le nom de code «Laura» et occupe une carrière d'ardoise au sud de la Thuringe. Les détenus doivent creuser des galeries (de septembre 1943 à avril 1944) avant d'y installer une usine souterraine (à partir d'avril 1944). Ils sont près de 700 en janvier 1945. Il est évacué vers Dachau.
Source: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

Le 13 avril il fait  partie des quelques cinq cents déportés évacués en train vers Allach, Kommando de Dachau.



Source des documents ci-dessus: Service International de Recherche d'Arolsen 1.1.6.1 /99115302 et 2.1.16.1 / 9915306.
Ils y arrivent le 19 avril après maintes péripéties et , bureaucratie nazie oblige, ils y reçoivent un nouveau matricule. Pour Jacques MORIN ce sera le 158815. Comme profession il est indiqué "student", c'est-à-dire étudiant, ce qui signifie que son reclassement comme "étudiant" par le Ministère de la Défense Nationale a fonctionné jusqu'au bout.

Source du document ci-dessus: Service International de Recherche d'Arolsen 1.1.6.7 /:10711551.


Ils  sont  libérés à Allach le 30 avril 1945.

Selon le Service Historique de la Défense (Dossier GR 16 P 431455), il est homologué en tant que Résistant au titre  des D.I.R. (Déportés et Internés de la Résistance).

Lui sont attribuées
- la Médaille de la Résistance (JO du 17 octobre 1945)
- la Légion d'Honneur (Chevalier) (JO du 5 juillet 1952).
- la carte de Déporté Résistant N° 1.009.30195  sur décision du Ministère des Anciens Combattants et Victimes de Guerre en date du 8 février 1957.

Il décède le 18 mai 1995 à Paris (5ème) selon l'état civil de Moulins.

 A la demande de l'association des Officiers de réserve et Honoraires de la région de Moulins, le Conseil Municipal de Moulins lors de sa séance du vendredi 23 janvier 1998 décide à l'unanimité de dénommer la voie de desserte de la zone Saint-Odilon " rue du Commandant Jacques Morin"

Photo ci-contre: AFMD de l'Allier.
A l'initiative de l'association "des Amis du Chef de Bataillon Morin", une stèle en mémoire de Jacques MORIN a été dévoilée Impasse Dieudonné Costes à Moulins le samedi 16 septembre 2017 avec cette inscription:

Chef de Bataillon Jacques MORIN
Né à Moulins
1924-1995
Saint-Cyrien
Promotion "Croix de Provence"
Résistant déporté à Buchenwald
Fondateur des Parachutistes
de la Légion Etrangère en 1948
Grand Officier de la Légion d'Honneur


Photo ci-contre: AFMD de l'Allier.


Sources:

- Agdé Paul Un Kommando nommé Laura  publié à compte d'auteur 1998

- Archives Départementales de l'Allier 1864 W 1, 908 W 84,

- Archives Municipales de Moulins 5 H 80

- Association "des Amis du Chef de Bataillon Morin"

- Dictionnaire historique de la Résistance sous la direction de François Marcot Robert Laffont 2006

- Division des Archives des Victimes des Conflits Contemporains

- Etat civil de Moulins (03)

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation Editions Tirésias 2004.

- Mémorial annuaire des Français de Dachau  Amicale des Anciens de Dachau 1987

- Mémorial Buchenwald Dora Kommandos  Association Française Buchenwald Dora et Kommandos

- Service Historique de la Défense (Dossier GR 16 P 431455)

- Service International de Recherche d'Arolsen 1.1.5.3 / 6658097, 1.1.5.1 / 5317250, 1.1.5.1 / 5317252, 1.1.6.1 /99115302, 2.1.16.1 / 9915306, 1.1.6.7 /:10711551,
©  AFMD de l'Allier