Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 

BARROIN Maurice

Nous sommes à la recherche d'une photo.

est né le 8 avril 1909 au domicile de ses parents au lieudit Chantran à Montmorot (39). Son père Philippe est employé du P.L.M. et sa mère Sara née VECHTE est sans profession.

Employé magasinier il est incorporé le 24 août 1930 et affecté au 5ème Régiment du Génie (Chemins de fer). Il est rayé des contrôles le 11 avril 1931.

Célibataire il entre ensuite  à la S.N.C.F. comme mécanicien.

Rappelé le 3 septembre 1939 il est affecté au Dépôt du Génie N°15. Il est démobilisé le 25 juillet 1940 par le centre d'Alban (81).

 

Résistant des F.F.I. (Forces Françaises de l'Intérieur) sous le pseudonyme de "Gibier", il est membre du Maquis Marceau à compter du 10 juin 1944.

Son groupe est encerclé par un détachement de la Milice et les troupes de la Wehrmacht lors des combats de Veauce (03). Il est arrêté le 24 juillet 1944 au lieudit Les Vignes près de Gannat (03).

Selon une note des Renseignements Généraux, "M.BARROIN a fait partie du ""Maquis Marceau"" et appartenait à un groupe stationné dans l'arrondissement de GANNAT. Ses connaissances techniques dans le réseau ferroviaire lui ont permis de réussir de nombreux coups de main contre les convois des troupes occupantes. Encerclé avec son groupe par un détachement de la Milice et des troupes de la Wehrmacht près de GANNAT, il fut arrêté le 24 juillet 1944, déporté en Allemagne."

Il est interné à Vichy (03), puis à la Mal-Coiffée, prison militaire allemande à Moulins (03). Cette prison est vidée le 25 août et il fait partie des 66 derniers prisonniers à être transférés de Moulins à Belfort. A l'arrivée ils sont internés à la Caserne Friedrich en attendant d'être déportés le 5 septembre à Buchenwald où ils arrivent le 10 pour les hommes et sans doute le 11 à Ravensbrück pour les femmes.


Source du document ci-dessus extrait de la liste du convoi N°I.285 transmise par l'Association Française  Buchenwald-Dora et Kommandos.


Maurice BARROIN reçoit le matricule N° 85245 et, après la quarantaine au Petit camp au Block 63,  il passe au Grand Camp au Block 14. Il est ensuite transféré le 26 septembre au Kommando B II, c'est-à-dire  Langenstein, où il est affecté au Block R .
 
Source: Extrait du Registre Matriculaire des 85000 transmis par l'Association Française  Buchenwald-Dora et Kommandos.


Langenstein ou Zwieberge: Ce Kommando du KL Buchenwald est ouvert en avril 1944 près du village de Langenstein à quelques kilomètres d'Halberstadt. Le chantier de Langenstein est le chantier B2 du Sonderstab Kammler. Les détenus creusent près de 10 km de galeries dans les collines du Thekenberg devant servir à enterrer les productions des usines Junkers. Au total près de 7000 y travaillent. 3000 détenus sont évacués le 9 avril 1945 et 1600 sont libérés le 11 avril 1945 par les Américains.
Source: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.
 

Il décède

- le 24 juillet 1944 sans mention de lieu selon le Tribunal Civil de Gannat  transcrit à l'état-civil de Gannat le 7 avril 1950

- le 24 juillet 1944 à Gannat (Allier) !?!? selon l'état civil de Montmorot!

- le 24 juillet 1944 à Dora (Allemagne) !?!? selon le JO N° 181 du 7 août 2007!!!

- le 2 mars 1945 dans un lieu non connu selon le livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation

- le 20 mars 1945 à Langenstein-Zwieberge selon le Mémorial de Langenstein.

Source du document ci-dessus extrait de la liste, par ordre de décès, des Français morts à Langenstein-Zwieberge. Liste transmise par l'Amicale de Langenstein.

Dans le document ci-dessus, la date de décès est indiquée dans la 7ème colonne "45.03.20", le 20 mars 1945, l'âge dans la 8ème colonne "36" ans après "176" jours passés à Langenstein dans la 9ème colonne.

Selon l'International Tracing Service d'Arolsen il est admis au Revier le 18 mars 1945 et y décède le 20 mars d'insuffisance cardiaque.

Hommages posthumes

" Mort pour la France"

Selon le Service Historique de la Défense (Dossier GR 16 P 35301),  il est homologué en tant que Résistant au titre des F.F.I. (Forces Françaises de l'Intérieur) et des D.I.R. (Déportés et Internés de la Résistance).


La carte de Déporté Résistant lui est attribuée à titre posthume le 7 janvier 1954.

Source: Direction Interdépartementale des Anciens Combattants de Clermont-Ferrand.

Par décret en date du 2 avril 1959 publié au Journal Officiel du 8 avril 1959, lui sont attribuées à titre posthume

- la Médaille Militaire avec cette citation
:" BARROIN Maurice- Adjudant. Magnifique patriote. Arrêté pour faits de Résistance le 24 juillet 1944, a été interné jusqu'au 24 août 1944, puis déporté le 25 août 1944 dans un camp de concentration jusqu'au 15 mai 1945, date à laquelle il a été porté disparu".

- la Croix de Guerre avec Palme

- la Médaille de la Résistance.

"Mort en déportation"  suivant l'arrêté du Ministre des Anciens Combattants en date du 12 juillet 2007 paru au Journal Officiel N° 181 du 7 août 2007.

 
 
Sources:

- Archives Départementales de l'Allier 1864 W 1, 1756 W 1 N° 4433,

- Archives Départementales du Rhône 1 RP 2070

- Archives de la famille

- Archives du Kommando de Langenstein sur Ancestry.com et JewishGen.org

- Bureau des Archives des Victimes des Conflits Contemporains transmis par Henning Fauser

- Direction Interdépartementale des Anciens Combattants de Clermont-Ferrand

- Etat civil de Montmorot (39) et de Gannat (03)

- International Tracing Service d'Arolsen

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation  Editions Tirésias 2004

- Mémorial Buchenwald Dora Kommandos  Association Française Buchenwald Dora et Kommandos

- MemorialGenWeb site Internet

- Mémorial de Langenstein transmis par l'Amicale de Langenstein

- Service Historique de la Défense (Dossier GR 16 P 35301)

- Témoignage oral de Jean Marielle
 
©  AFMD de l'Allier