Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 

AKIBA Chantoub Sion Marcel

Est né le 9 avril 1893 à Constantine (Algérie).  Son père Isaac est négociant et sa mère Rachel née ADJAGE est sans profession.

Il est employé de commerce quand il est incorporé le 26 novembre 1913 au 158ème Régiment d'Infanterie. Il est blessé grièvement par éclat d'obus le 26 août 1914 au genou gauche et est réformé définitif le 6 février 1915. Il est cité à l'Ordre du Corps d'Armée N°299 du 4 octobre 1914 : "Brave soldat blessé grièvement le 25 août 1914 en accomplissant courageusement son devoir".

Source de la photo: Archives privées.

 
Lui sont attribuées
- la Croix de Guerre Etoile de Vermeil
- la Médaille de la Victoire
- la Médaille Commémorative Française de la Grande Guerre.

Il est commissionnaire en marchandises quand il épouse Fernande AISIKOWITSCH à Paris (18ème) le 2 juillet 1923. Ils ont deux enfants, Claude et Serge.

Il exerce la profession de biscuitier.

La famille quitte son domicile 29, Boulevard d'Algérie à Paris (19ème) pour se réfugier en juin 1940 à Vichy au 10, rue Bulot. 

Marcel AKIBA est inscrit au Registre du Commerce et des Sociétés de Cusset (03) à compter du 24 septembre 1940 sous le N° 12550. Il déclare comme activité exercée: "Fabrication et vente en gros biscuiterie pâtisserie".

Les quatre membres de la famille AKIBA sont recensés comme Juifs français à Vichy conformément à la loi antisémite promulguée le 2 juin 1941 par l'Etat Français.


 

  Source: Archives Départementales de l'Allier 756 W 1.

La famille va ensuite être domiciliée 25, rue Nationale à Vichy.

Ils sont fichés par l'Etat Français en 1943  en tant que Juifs français à Vichy au 10, rue Bulot qui est l' "adresse du principal établissement" selon le registre du commerce et des sociétés de Cusset.

Source des documents ci-dessus: Archives Départementales de l'Allier 996 W 778 W 112.

Il est arrêté par la police allemande le 26 janvier 1944 à Vichy avec son épouse et ses deux enfants.

Il est transféré le 1er février à Drancy où il reçoit le matricule N°13497.

Le 10 février 1944 il est déporté avec sa famille de Drancy à Auschwitz par le convoi N° 68.

Source du document ci-dessus: Service International de Recherche d'Arolsen 1.1.9.1 / 11183924.

Dans Le Mémorial des la Déportation des Juifs de France, Serge Klarsfeld écrit à propos du Convoi N° 68: " Ce convoi comprend 1501 personnes dont 812 hommes et 689 femmes. Parmi eux, 178 enfants de moins de 18 ans. (...) A l'arrivée à Auschwitz le 13 février, 210 hommes sélectionnés reçurent les matricules 173708 à 173917 ainsi que 61 femmes (75340 à 75400). 1229 personnes furent aussitôt gazées. En 1945 on comptait 42 survivants dont 24 femmes".

Il décède le 13 février 1944 à Auschwitz (Pologne) selon l'état civil de Vichy et le JO N° 50 du 28 février 1988.

"Mort en déportation" selon l'arrêté du Secrétariat d'Etat aux Anciens Combattants du 15 décembre 1987 paru au JO du 28 février 1988.

Rappel de la loi du 15 mai 1985 dite Loi Badinter ....parue au Journal Officiel!

Article 3 - Lorsqu'il est établi qu'une personne a fait partie d'un convoi de déportation sans qu'aucune nouvelle ait été reçue d'elle postérieurement à la date du départ de ce convoi, son décès est présumé survenu le cinquième jour suivant cette date, au lieu de destination du convoi.

Donc la date qui doit être retenue pour son décès est celle du 15 février 1944.
 


Sources:

- Archives Départementales de l'Allier 756 W 1, 996 W 194.01, 996 W 778 W 112,

- Archives de Paris D4R1 1765

- Archives du Greffe du Tribunal de Commerce de Cusset (03)

- Centre de Documentation Juive Contemporaine XXXVI-229

- Etat civil de Vichy (03) et de Paris (18ème)

- Klarsfeld Serge  Mémorial de la Déportation des Juifs de France  1978

- MemorialGenWeb  site Internet

- Service International de Recherche d'Arolsen 1.1.9.1 / 11183924


 
©  AFMD de l'Allier