Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 
NÉNY Jean Lucien
 
 
DIAC Clermont-Ferrand

est né le 18 novembre 1911 au N° 29, rue Boulard à Paris (14ème). Il est le fils d'Alexandre et de Gabrielle née LAIR.

Incorporé le 22 octobre 1932 il est affecté au 8ème Bataillon d'Ouvriers d'Artillerie. Il est démobilisé le 15 octobre 1933 et se retire à Marcillat.
 
Photo: Direction Interdépartementale des Anciens Combattants de Clermont-Ferrand.
 

Il épouse Lucie CHAUMETON le 12 décembre 1936 à Lignerolles (03).

Il est rappelé le 2 septembre 1939 et affecté au 8ème Bataillon d'Ouvriers d'Artillerie. Il est démobilisé le 26 juillet 1940 et se retire à Montluçon au N° 99,rue du Bois de la Brosse. Il exerce le métier de chaudronnier.
 
Sympathisant communiste il est arrêté le 3 avril 1944 pour avoir exprimé «des sentiments nationaux qu'il avait trop extériorisés» selon une lettre du sous-préfet de Montluçon.
 
Selon la même lettre , «il fit vraisemblablement l'objet d'une dénonciation, car le 3 avril 1944 vers 16 heures trois agents de la Gestapo se présentèrent à son domicile où, en présence de sa femme seule, ils procédèrent à une perquisition. Bien que celle-ci fut infructueuse ils arrêtèrent M.NÉNY qui se trouvait chez sa mère, rue du Vélodrome à Montluçon».
 
Il est interné à la Caserne Richemond à Montluçon jusqu'au 28 avril 1944, date à laquelle il est transféré à la Mal-Coiffée, prison militaire allemande à Moulins (03).
 
Le 25 août cette prison est vidée par l'armée allemande qui se replie et emmène les 66 derniers prisonniers de Moulins à Belfort. A l'arrivée ils sont internés à la Caserne Friedrich.
 
Le 5 septembre il est déporté de Belfort à Buchenwald où il arrive le 10 dans le convoi N° I.285. Il reçoit le matricule N°85181 et après la quarantaine il est affecté au Kommando de Jena.
 
 
Source du document ci-dessus extrait de la liste du convoi N°I.285 transmise par l'Association Française  Buchenwald-Dora et Kommandos.

Il reçoit le matricule N°85181 et, après la quarantaine  au Petit Camp au Block 63, il passe au Grand Camp au Block 10 avant d'être affecté au Kommando de Jena.

Source du document ci-dessus extrait du Registre Matriculaire des 85000 transmis par l'Association Française  Buchenwald-Dora et Kommandos.


Jena: Deux Kommandos existent dans cette ville située à 25 km à l'est de Weimar. Les détenus travaillent notamment à la réparation de locomotives et de voies ferrées. Ils sont près de 1000 en janvier 1945.
Source: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

Puis il est transféré au Kommando de Leitmeritz.

Leitmeritz: Kommando du KL Flossenbürg. Cet important Kommando, qui a compté jusqu'à 5000 détenus en 1945, est lié à l'usine Elsabe et aux constructions «Richard».
Source: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.
 
Il est libéré à Liegnitz et rentre le 14 juillet 1945.
 
La carte de Déporté Politique lui est attribuée le 23 juillet 1954.
DIAC Clermont-Ferrand

Source du document ci-dessus: Direction Interdépartementale des Anciens Combattants de Clermont-Ferrand.

 
Il décède à Montluçon le 26 septembre 1965.
 

Sources:

- Archives Départementales de l'Allier 1864 W 1, 1 R 1931.1028.2121, 1580 W 8, 766 W 11 N° 404/1944,

- Direction Interdépartementale des Anciens Combattants de Clermont-Ferrand

- Etat civil de Paris (14ème) et de Lignerolles (03)

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation Editions Tirésias 2004

- Mémorial Buchenwald Dora Kommandos  Association Buchenwald Dora et Kommandos
 
©  AFMD de l'Allier