Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 
WAHL née JANKELOWITZ Lilly Rosa Amélie
 
 
Archives de la famille

est née le 7 mai 1907 à Gera (Allemagne). Elle est la fille d'Adolphe et d'Emma née HEILBRONNER.
 
Elle est domiciliée 119, Fremersbergstrasse à Baden-Baden (Allemagne) quand elle épouse Victor WAHL le 18 mars 1936 à Strasbourg (67).

Elle acquiert la nationalité  Française par mariage.
 
Photo: Archives de la famille
 
 Le 1er septembre 1939 elle quitte Strasbourg avec son mari, son fils Silvio et sa belle-mère Henriette WAHL pour se réfugier à Vichy (03) où ils résident au N° 32, avenue Thermale.

Elle se fait recenser à Vichy en tant que Juive française conformément à la loi antisémite du 2 juin 1941 promulguée par l'Etat Français.
 
 

Source: Archives Départementales de l'Allier 756 W 1.

Elle  est arrêtée avec sa famille dans la rafle du 22 juillet 1944 par la Brigade POINSOT des Renseignements Généraux. Ils sont internés au Château des Brosses, prison de la Milice à Bellerive-sur-Allier (03), puis ils sont transférés le 25 juillet à la Mal-Coiffée, prison militaire allemande à Moulins 03).

Le 25 août 1944 la prison de Moulins est vidée de ses 66 derniers détenus qui sont transférés à Belfort dans un train de soldats qui se replient sur l'Allemagne.

Ils sont internés à la Caserne Friedrich avant d'être déportés le 5 septembre de Belfort à Buchenwald pour les hommes et à Ravensbrück pour les femmes et son fils Silvio.

Elle est fichée en tant que Juive française par l'Etat Français en 1943.

Source du document ci-contre: Archives Départementales de l'Allier 996 W 778 W 112.

Elle  est arrêtée avec sa famille dans la rafle du 22 juillet 1944 par la Brigade POINSOT des Renseignements Généraux. Ils sont internés au Château des Brosses, prison de la Milice à Bellerive-sur-Allier (03), puis ils sont transférés le 25 juillet à la Mal-Coiffée, prison militaire allemande à Moulins 03).

Le 25 août 1944 la prison de Moulins est vidée de ses 66 derniers détenus qui sont transférés à Belfort dans un train de soldats qui se replient sur l'Allemagne.



Selon le témoignage de Félicien GUIOL, pharmacien domicilié 24 , avenue Thermale, les WAHL " furent arrêtés le 22 juillet 1944 par la fameuse Brigade POINSOT. Un fonctionnaire de cette Brigade est venu en voiture chercher le Docteur, lequel a été conduit à l'Hôtel du Parc Lardy pour soi-disant un interrogatoire. Ceci se passait dans le début de l'après-midi.
Vers 16 heures, d'autres fonctionnaires de la Brigade POINSOT sont venus chercher Mme WAHL ainsi que l'enfant. Par la suite j'ai appris que ces personnes avaient été internées au Château des Brosses, près de VICHY, livrées à la Gestapo, transférées à la Prison de MOULINS d'où elles furent déportées dans les camps de concentration  allemands.
(...)
Après l'arrestation de ces personnes, il est venu à plusieurs reprises une camionnette qui, en plusieurs voyages, a complètement déménagé l'appartement. J'ignore où tous ces objets ont été conduits".

Ils sont internés à la Caserne Friedrich avant d'être déportés le 5 septembre de Belfort à Buchenwald pour les hommes et à Ravensbrück pour les femmes et son fils Silvio. Elle reçoit le matricule N° 68422.


 
Le KL Ravensbück est situé près de la ville de Fürstenberg à environ 50 kilomètres au nord de Berlin.
Au
total, plus de 120000 déportées d'une vingtaine de nationalités différentes sont passées par le KL Ravensbrück, le grand camp de concentration pour femmes du Reich. De là beaucoup d'entre elles sont transférées vers des camps et des centaines de Kommandos extérieurs disséminés dans toute l'Allemagne.
Les conditions d'existence à Ravensbrück sont tout aussi effroyables que dans les autres KL. De 1939 à 1945, on estime qu'environ 40000 déportées ont trouvé la mort dans ce camp.
Source: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.
 
Elle décède à Ravensbrück
 
- en octobre 1944 selon l'état civil de Vichy

- le 11 octobre 1944 selon les Archives du camp de Ravensbrück

- le 10 novembre 1944 selon le livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation

- à une date non connue selon le JO N° 20 du 24 janvier 2002.

"Mort pour la France" sur avis du Ministre des Anciens Combattants en date du 2 juillet 1948.
 
 "Morte en déportation" suivant l'arrêté du Secrétaire d'Etat à la Défense chargé des Anciens Combattants en date du 20 novembre 2001  paru au Journal Officiel n°20 du 24 janvier 2002 page 1627.
 
 

Sources:

- Archives Départementales de l'Allier 756 W 1, 996 W 194.01, 996 W 778 W 112,

- Archives du camp de Ravensbrück
 
- Archives de la famille
 
- Archives Municipales de Strasbourg Extrait du fichier domiciliaire 603 MW 874
 
- Archives Municipales de Vichy H IV 106

- Division des Archives des Victimes des Conflits Contemporains 21 P 950 581
 
- Etat civil de Strasbourg (67) et de Vichy (03)

- Fabre Marc-André Dans les prisons de la Milice Imprimerie Wallon Vichy 1944

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation Editions Tirésias 2004

- MemorialGenWeb  site Internet
 
©  AFMD de l'Allier