Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 

BODARD Andrée

Nous sommes à la recherche d'une photo.

est née le 16 mai 1925 au lieudit La Gâtelière à Franchesse (03). Son père Joseph et sa mère Lucie née MARGOT sont cultivateurs au Belin commune de Franchesse.
 
 

Elle est placée comme bonne à tout faire à Bourbon-l'Archambault (03) et commet un délit mineur. Elle est arrêtée par la gendarmerie en mai 1942 et le choix lui aurait été donné de partir comme travailleuse volontaire en Allemagne ou d'aller en prison.

Elle opte pour la première solution et fait le 2 juillet 1942 une demande de passeport pour l'Allemagne au bureau d'embauche à Moulins (03). Etant mineure, sa demande est signée par son père le 15 août 1942 alors qu'elle est censée être partie en Allemagne le 7 juillet 1942.

Elle est partie avec Olga DOUMTCHEFF. Elles vont résider toutes les deux au N° 7 , Schönerstrasse à Nuremberg.

Le maire de Franchesse communique au préfet de l'Allier à la demande de ce dernier
«l'adresse exacte en Allemagne de l'intéressée:

"BODARD Andrée
Nürberg Süd
Firma Niedermeier
Schönerstrasse 7
Deutschland"

Selon l'International Tracing Service,  elle est internée du 23 au 25 janvier 1943 à la prison de Nuremberg pour "contact interdit".

Elle est internée une deuxième fois à la prison de Nuremberg le 29 août 1944 pour s'être volontairement blessée.

Ensuite deux parcours différents sont proposés:


1) Selon le livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation, Andrée BODARD est transférée à  Lauban: prison de transit normalement réservée aux déportés "Nuit et Brouillard" avant leur  passage devant le Tribunal, puis à Breslau (Wroclaw), capitale de la Silésie, où siège le Tribunal chargé des affaires NN venant de France.

2) Selon l'International Tracing Service, elle est transférée au camp de Langenzenn, puis elle est retransférée à la prison de Nuremberg le 28 septembre 1944 avant d'être envoyée le 25 octobre au camp pour femmes de Ravensbrück:

Ravensbrück où elle arrive le 27 octobre 1944. Elle y reçoit le matricule N° 80043.
 
Flossenbürg où elle arrive le 11 novembre 1944 et où elle reçoit le matricule N° 58321. Elle est affectée au Kommando de Graslitz.
 
Graslitz: Kommando dépendant du KL Flossenbürg établi en 1944 dans l'ancienne Tchécoslovaquie. Il reçoit surtout des femmes pour travailler dans l'usine d'appareillage d'aviation Hermann Göring.
Source: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation
 
Elle décède
 
- le 29 décembre 1944 selon le livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation

- le 29 décembre 1944 à l'Hôpital de Graslitz selon l'International Tracing Service

- le 6 janvier 1945 à Flossenbürg selon l'état civil de Franchesse et les Archives du camp de Flossenbürg sur Ancestry.com et JewishGen.org.

 
Sources:

- Archives Départementales de l'Allier 1347 W 352,  778 W 3/3 Individus ayant souscrit un contrat de travail en Allemagne

- Archives du camp de Flossenbürg sur Ancestry.com et JewishGen.org

- Etat civil de Franchesse (03)

- International Tracing Service à Bad Arolsen (Allemagne) 1.2.2.1 / 11575543, 1.2.2.1 /  11578268, 1.2.2.1 / 11578377, 1.1.35.1 / 3766518, 1.1.8.1 / 10796446, 1.1.8.4./ 11058155, 2.3.3.4 /  78180666

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation Editions Tirésias 2004

 
©  AFMD de l'Allier