Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 
FAYET Pierre Edmond
 

Nous sommes à la recherche d'une photo.

Est né le 26 février 1894 au domicile de ses parents au lieudit Laborie à Bellechassagne (19). Son père Claude est sabotier et sa mère Anne née BERNARDON est sans profession.
 

Incorporé le 16 décembre 1914 au 38ème Régiment d'Infanterie il est affecté au Dépôt du 12ème Régiment de Hussards le 26 octobre 1915. Il est dirigé le 25 décembre 1915 sur Dakar et est affecté au 41ème Bataillon de Tirailleurs Sénégalais, puis au 72ème. Il revient en métropole le 16 janvier 1917 et est versé au 29ème Régiment d'Artillerie de Campagne. Il est démobilisé le 1er septembre 1919.

Lui sont attribuées la Médaille de la Victoire et la Médaille Commémorative de la Grande Guerre.

Le 20 août 1918 il épouse Marie ANDRIVON à Moulins (03). Ils n'ont pas d'enfant.

Il travaille d'abord chez un papetier pendant une trentaine d'années. Il est syndiqué à l'Union Locale CGT-Moulins avant 1939. Il est domicilié 63, rue Gaspard Roux à Moulins. Rappelé le 26 mars 1940 il est rayé des contrôles le 30 mai 1940.

En 1942 il entre au journal «Le Progrès de l'Allier» comme typominerviste. Il adhère au Front National pour l'Indépendance de la France à compter du 1er juillet 1942.

Il est arrêté le 28 février 1943 à 7 h 15 du matin et est interné à la Mal-Coiffée, prison militaire allemande, à Moulins avant d'être transféré le 9 mars 1943 à Compiègne.

Le 16 avril 1943 il fait partie des 994 hommes déportés de Compiègne à Mauthausen où il arrive le 18 avril dans le convoi N° I.93. Il reçoit le matricule N° 27137. Voir la carte de signalement (Hinweiskarte)  ci-dessous

 

Source du document ci-dessus : Service International de Recherches d’Arolsen 1433157.


Après la quarantaine, il reste au camp central jusqu'au 8 août 1943, date à laquelle il est transféré au Kommando de Wiener-Neustadt.

 

Wiener-Neustadt: Kommando du KL Mauthausen. Ce Kommando situé dans l'usine "Rax Werke" à Wiener-Neustadt, en Basse-Autriche, connaît deux temps distincts. D'abord, le 8 août 1943, des détenus arrivent pour commencer la production en série d'éléments des fusées V2. Après les bombardements alliés, le camp est évacué le 17 novembre 1943, vers les Kommandos de Dora et Redl-Zipf. Ensuite, le 5 juillet 1944, de nouveaux détenus sont employés par la "Wiener Lokomotiv Fabrik" à la construction de tenders. Le camp est évacué le 1er avril 1945.
Source: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

Puis il est transféré le 30 octobre 1943 au Kommando de Schlier.

Schlier ou Redl-Zipf: Kommando du KL Mauthausen. Ce Kommando est situé à Redl-Zipf, petit bourg agricole dépendant de la commune de Neukirchen-an-der-Vöckla, en Haute-Autriche. Les caves d'une brasserie réputée localement, se révèlent le lieu favorable pour l'implantation d'une usine secrète pour la production de carburant pour les fusées V2, mais aussi pour la construction d'un centre d'essais, capable de tester les performances de chaque réacteur, avant de les expédier par le train vers les zones de tir sur les côtes nord-ouest de l'Europe. "Schlier" est le nom de code secret du site, ouvert en septembre 1943 et évacué le 3 mai 1945.
Source: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

Il est renvoyé au camp central de Mauthausen le 8 novembre 1943. Selon les archives du camp de Mauthausen il est transféré au Sanitätlager, appelé aussi Revier, c'est-à-dire l'Infirmerie.

Témoignage de Jacques ROGER N° 27.145 le 15 juin 1945. : " J'ai eu pendant un certain temps comme camarade de captivité au camp de MAUTHAUSEN (Autriche): deux Moulinois.
1°- Un nommé FAYET, typographe au Progrès de l'Allier avec qui j'ai été de Mai 1943 à Septembre 1943 à l'Hôpital de MAUTHAUSEN. Tous les deux pour de la furonculose, nous étions très bien et avons fait des projets pour notre libération. Le camarade FAYET m' a quitté fin septembre pour aller en Kommando dans la région de Vienne. Il est revenu à Mauthausen en janvier 1944 atteint d'une pleurésie et a eu ensuite la dysenterie, on ne nous soignait pas pour la pleurésie, on se contentait de prendre la température et de nous donner deux comprimés d'aspirine; pour la dysenterie, rien. Ce camarade est décédé en février 1944 et incinéré au crématorium du camp".
 
Il décède
 
- le 20 novembre 1943 selon le livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation et les archives du camp de Mauthausen sur Ancestry.com et JewishGen.org
- le 15 février 1944 selon l'état civil de Bellechassagne et de Moulins et le JO N° 287 du 10 décembre 1989.
 
"Mort pour la France"

La carte de Déporté Politique N° 1.111.10923  lui est attribuée à titre posthume sur décision du Ministère des Anciens Combattants et Victimes de Guerre en date du 13 avril 1954.

Selon le Service Historique de la Défense (Dossier GR 16 P 219390), il est homologué en tant que Résistant au titre de la R.I.F. (Résistance Intérieure Française).

Sa veuve  adhère à l'Association des Déportés et Internés, Résistants et Patriotes de l'Allier.
 
 
    Source du document à gauche ci-dessus: Archives de l'Association des Déportés et Internés, Résistants et Patriotes de l'Allier.
Source du document à droite ci-dessus: Direction Interdépartementale des Anciens Combattants de Clermont-Ferrand.

"Mort en déportation" suivant l'arrêté du Secrétariat d'Etat aux Anciens Combattants en date du 17 octobre 1989 paru au Journal Officiel  du 10 décembre 1989.

Sources:

- Archives Départementales de l'Allier 1864 W 1, 1580 W 1, 1 R 1914.887.2077, 1289 W 91,

- Archives de l'Association des Déportés et Internés, Résistants et Patriotes de l'Allier

 - Archives du camp de Mauthausen sur Ancestry.com et JewishGen.org

- Archives Municipales de Moulins 5 H 80

- Direction Interdépartementale des Anciens Combattants de Clermont-Ferrand

- Etat civil de Bellechassagne (19) et de Moulins (03)

- Etat des déportés ayant appartenu à l'Union Locale CGT-Moulins avant 1939

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation Editions Tirésias 2004

- Mauthausen Le Troisième Monument  site Internet

- MemorialGenWeb  site Internet

- Office Départemental des Anciens Combattants de l'Allier

- Service Historique de la Défense Dossier GR 16 P 219390

- Service International de Recherches d’Arolsen 1433157

- Témoignage de Jacques ROGER transmis par Gilles Driffort
 
©  AFMD de l'Allier