Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 
SEROR Israël Isidore
 
 

est né le 5 août 1878 à Salonique (Grèce). Il est le fils de Moïse et de VENEZIA.

Professeur d'allemand en Grèce, il rejoint son frère Joseph en France à la fin des années 1920 ou début des années 1930. Il est recensé la première fois à Vichy en 1931 sous le prénom d' Isidore employé de commerce né à Salonique en 1878  domicilié rue Dubessay.

Il est recensé à Vichy en 1936 et déclare être concierge de la synagogue au 2 bis, rue du Maréchal Foch. I
l en détient les clés, il veille à sa propreté et s'occupe de l'organisation des manifestations qui s'y déroulent. 

Source de la photo: Seror Max  Max et les siens Une enfance juive à Vichy 1930-1950 octobre 2014 publié à compte d'auteur.

Son neveu, Max, le décrit ainsi: " Malgré ses fonctions, il n'est pas religieux. (...) C'est un homme courtois et serviable. Il crée des liens non seulement avec la communauté juive locale, mais aussi avec les touristes et curistes juifs qui se rendent à la synagogue lorsqu'ils séjournent à Vichy. Il est curieux et ouvert à la nouveauté".
 
Il se fait recenser à Vichy comme Juif étranger conformément à la loi antisémite du 2 juin 1941 promulguée par l'Etat Français.
 

Source du document ci-dessus: Archives Départementales de l'Allier  756 W 1.


Depuis l'arrestation du Grand Rabbin Jacques KAHN en juin 1943, il est le seul à garder la synagogue.

Il est fiché par l'Etat Français en 1943 en tant que Juif étranger.

Source du document ci-contre à gauche: Archives Départementales de l'Allier 996 W 778 W 112.

Il est arrêté dans la rafle du 22 juillet 1944 à Vichy et est d'abord emmené au Petit Casino rue du Maréchal Foch  où la Milice a l'habitude d' "interroger" ses victimes dans les sous-sols. Il est ensuite interné au Château des Brosses, prison de la Milice à Bellerive-sur-Allier (03), puis il est transféré à la Mal-Coiffée, prison militaire allemande à Moulins (03).

Photo: Seror Max  Max et les siens Une enfance juive à Vichy 1930-1950 octobre 2014 publié à compte d'auteur.

Le 25 août cette prison est vidée par l'armée allemande qui se replie et emmène les 66 derniers prisonniers de Moulins à Belfort. A l'arrivée ils sont internés à la Caserne Friedrich.

Le 5 septembre il est déporté de Belfort à Buchenwald où il arrive le 10 dans le convoi N° I.285.



Source du document ci--dessus: Extrait de la liste du convoi N°I.285 transmise par l'Association Française  Buchenwald-Dora et Kommandos.


Il reçoit le matricule N°85198 et, après la quarantaine passée au Block 63, il reste au camp central de Buchenwald sans doute en raison de son âge. Il a 66 ans.

Source du document ci-dessus: Service International de Recherche d'Arolsen 1.1.5.3/7097549.

Il est transféré le 30 janvier 1945 au camp mouroir de Bergen Belsen.

Le KL Bergen-Belsen. Bergen est une petite ville située dans le Lüneburger Heide à 100 km au sud-ouest de Hambourg et à 65 km au nord-est de Hanovre. La route qui conduit à Hanovre passe par Belsen. C'est d'abord un camp d'hébergement, puis, en mars 1944, il devient "un camp de repos" chargé d'accueillir les détenus des autres KL, malades, épuisés ou trop âgés, et qui ne sont plus capables de travailler.
Le KL Bergen-Belsen est en réalité un camp de concentration dans lequel les SS n'ont aucune intention de remettre sur pied ces malades, car aucun équipement médical particulier n'existe.
Source: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

Les nazis ayant brûlé les archives du camp de Bergen-Belsen le 5 avril 1945, la date de son décès n'est pas connue.
 
Son nom figure sur la plaque à la synagogue de Vichy.

 Photo: Marie-Elisabeth Rat pour l'ODAC de l'Allier.

 
Sources:

- Archives Départementales de l'Allier 756 W 1, 996 W 778 W 112,

- Archives du camp de Buchenwald

- Archives de la famille

- Archives Municipales de Vichy Recensements de population

- Centre de Documentation Juive Contemporaine

- Fabre Marc-André Dans les prisons de la Milice Imprimerie Wallon Vichy Octobre 1944

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation Editions Tirésias 2004

- Mémorial Buchenwald Dora Kommandos  Association Française Buchenwald Dora et Kommandos

- Seror Max  Max et les siens Une enfance juive à Vichy 1930-1950 octobre 2014 publié à compte d'auteur

- Service International de Recherche d'Arolsen 1.1.5.3/7097545, 1.1.5.3/7097546, 
1.1.5.3/7097549,

- yadvashem.org   Feuille de Témoignage

 
©  AFMD de l'Allier