Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 

KAHN Friedrich Werner

Nous sommes à la recherche d'une photo.

Est né le 4 novembre 1924 à Nuremberg (Allemagne). Il est le fils de Max et de Magdalena née FEY.

Jeune étudiant  il entre en France avec ses parents via Monaco le 31 mars 1939.  Il se réfugie dans l'Allier le 25 mai 1940 au cours de la retraite et se retrouve séparé de ses parents et sans ressources.
 
Craignant que parmi les réfugiés ne se soient glissés des agents de renseignements ennemis, les autorités françaises les internent de mai à août 1940 au Camp de Frémont à Vallon-en-Sully (03). Friedrich KAHN y est interné du 28 mai 1940 au 6 août 1940. A sa libération il déclare se rendre à Vichy (03) où il est pris en charge par la Communauté Juive de cette ville. Il est hébergé et nourri au Concours Hippique.
 
 
Source du document ci-dessus: Mémorial de la Shoah/CDJC.Coll. Communauté Isrélite de Vichy CMLV 16.

Le 30  octobre 1940 le commandant de la brigade de Vallon-en-Sully le signale sur "l'Etat des ressortissants étrangers de race juive en résidence dans la circonscription de la brigade" comme cultivateur " chez M.Foucat à Moulère". Il ajoute que "ce jeune étudiant n'a pu retrouver ses parents. Sans ressources, il travaille dans une ferme pour sa nourriture depuis fin juillet 1940".
 
Il se fait recenser à Vallon-en-Sully en tant que Juif étranger conformément à la loi antisémite du 2 juin 1941 de l'Etat Français.
 

 Source du document ci-dessus: Archives Départementales de l'Allier 756 W 1.

Puis  il est embauché comme ouvrier agricole sur la commune de Vallon-en-Sully (03) chez M.QUINAULT aux Seignes. Le 27 février 1942 il est incorporé au 91ème GTE (Groupe de Travailleurs Etrangers) de Saint-Pourçain-sur-Sioule (03) avec le matricule N° 91.276.


 
Source du document ci-dessus: Archives Départementales de l'Allier 996 W 194.01.

Puis il est  employé chez M.RENAUD au lieudit Le Bouet à Vallon-en-Sully. Il est ensuite mis à la disposition à compter du 18 janvier 1943 de la Société Parisienne d'entreprises à Saint-Hilaire (03) où se trouve une usine de distillation de schistes pour carburant. Mais cette affectation fut différée suite à la réclamation de M.RENAUD, prisonnier rapatrié, pensionné de guerre et exploitant une propriété agricole de 100 hectares.

C'est là qu'il est arrêté dans la rafle du 25 février 1943 par la gendarmerie française «en vertu du télégramme de M. le Préfet de l'Allier en date du 24 février 1943».

Selon Serge KLARSFELD les convois 50 et 51 des 4 et 6 mars 1943 ont été constitués en représailles d'un attentat commis le 13 février 1943 à Paris contre deux officiers allemands de la Luftwaffe qui décèdent des suites de leurs blessures.

Le 15 février 1943 Ernst ACHENBACH, chef de la section politique de l'Ambassade allemande, envoie à Berlin un câble qui se termine ainsi: «Comme première mesure de représailles il est prévu d'arrêter 2000 Juifs et de les déporter vers l'Est.»

Friedrich KAHN fait partie des 13 hommes arrêtés dans l'Allier suite au télégramme classé SECRET émanant du Préfet de l'Allier. Ils sont regroupés au Camp Bignet à Montluçon (03) avant d'être transférés en train le 26 février 1943 au camp de Gurs (64).

Arrivé le 27 février 1943 au camp de Gurs, il est ensuite transféré le 3 mars 1943 à Drancy. 

Source du document ci-contre: Archives Départementales des Pyrénées-Atlantiques Fiche du Camp de Gurs 72 W 225.

Le 6 mars 1943 il est déporté de Drancy à Maïdanek (Pologne) par le convoi N° 51.

Source du document ci-dessus: Mémorial de la Shoah C51_26.

Dans Le Mémorial de la Déportation des Juifs de France, Serge Klarsfeld écrit à propos du convoi N° 51 du 6 mars 1943: " Il y a 959 hommes et 39 femmes. L'âge des hommes se situe entre 16 et 65 ans et la tranche d'âge la plus fournie est celle entre 37 et 49 ans. Il y a 2 enfants. (...) Le convoi a quitté la gare du Bourget/Drancy le 6 mars à 8h. 55 avec 1000 Juifs en direction de Cholm".

Il est officiellement décédé à Maïdanek selon les Bundesarchivs.

Selon l'article 3 de la loi française du 15 mai 1985...

Article 3 - Lorsqu'il est établi qu'une personne a fait partie d'un convoi de déportation sans qu'aucune nouvelle ait été reçue d'elle postérieurement à la date du départ de ce convoi, son décès est présumé survenu le cinquième jour suivant cette date, au lieu de destination du convoi.

... Friedrich KAHN est décédé le 11 mars 1943 à Maïdanek.

Sources:

- Archives Départementales de l'Allier 756 W 1, 996 W 15.01, 996 W 194.01, M 662c, 996 W 254.02, 996 W 778 W 15.03, 996 W Police des Etrangers  Travailleurs Etrangers,

- Archives Départementales des Pyrénées-Atlantiques fiche signalétique du camp de Gurs 72 W 225

- Archives Nationales Allemandes (Bundesarchiv)

- Centre de Documentation Juive Contemporaine
 
- Klarsfeld Serge Mémorial de la Déportation des Juifs de France 1978

- Mémorial de la Shoah/CDJC.Coll. Communauté Isrélite de Vichy CMLV 16
 
- yadvashem.org Feuille de Témoignage
 
©  AFMD de l'Allier