Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 
QUATRESOUS Gilbert
 
 
Archives de la famille

est né le 21 octobre 1909 au domicile de ses parents aux Girards à Gannay-sur-Loire (03). Son père Michel et sa mère Reine née VIGNOL sont cultivateurs.

Incorporé le 26 octobre 1930 il est affecté au 3ème Régiment de Chasseurs d'Afrique. Il est démobilisé le 15 octobre 1931.

Le 6 juillet 1935 il épouse Marie FORGES à Gannay-sur-Loire et ils ont deux enfants.

Il est nommé élève-garde le 6 mai 1938 et affecté à la 3ème Légion de la Garde Républicaine Mobile au Quartier Villars à Moulins (03).
 
Photo: Archives de la famille
 
Il est mobilisé le 12 septembre 1939 et affecté à la 14ème Légion de la Garde Républicaine Mobile. Il est fait prisonnier le 21 juin 1940 et transféré au Stalag XII A (Limburg an der Lahn), puis XII D (Trier=Trèves) avec le matricule N° 19303.
Il est rapatrié le 7 juillet 1941, réintègre la Garde Républicaine Mobile, devient sous-officier de carrière et est affecté à la Brigade de Gendarmerie d'Ardes-sur-Couze (63).

Les événements d'Ardes-sur-Couze (Sources: Rapport de police de l'Inspecteur Camille HUBERLAND en date du 3 avril 1948 et rapport de gendarmerie en date du 28 mars 1945):

Le 12 juin 1944

Dans la matinée des maquisards FFI viennent à Ardes-sur-Couze pour réquisitionner des denrées alimentaires à l'épicerie MORIN. Des personnes présentes, y compris un nommé Marcel PERRET, fraternisent avec eux.

Dans l'après-midi vers 15 heures des soldats allemands font irruption dans la ville et ouvrent le feu contre les FFI. Bilan: 2 personnes civiles sont tuées et une autre blessée, un maquisard est tué et un autre blessé.

Le 24 juin 1944

Une patrouille allemande rafle 5 personnes:

-ANDRAUD Jean-Baptiste, gendarme à la Brigade d'Ardes-sur-Couze, né le 7 mars 1900 aux Essards (Charente)

-CHEVALIER Michel, horticulteur né le 9 août 1923 à Compains (63)

-HADDOU Snoussi, chef de secteur à la Compagnie Hydroélectrique d'Auvergne, 40 ans, domicilié à Ardes-sur-Couze

-QUATRESOUS Gilbert, gendarme à la Brigade d'Ardes-sur-Couze

-VIROT Louis, 26 ans, cuisinier à Ardes-sur-Couze.

Ils sont emmenés à la Caserne du 8ème Régiment de Dragons à Issoire (63). Après interrogatoire Snoussi HADDOU et Louis VIROT sont relâchés.

Quant à Jean-Baptiste ANDRAUD, Michel CHEVALIER et Gilbert QUATRESOUS ils sont transférés à la prison du 92ème RI à Clermont-Ferrand (63) où Gilbert QUATRESOUS est interné à la cellule N°4. Seul Michel CHEVALIER reviendra.

Plusieurs témoins, cités dans le rapport de gendarmerie, ont vu Marcel PERRET en civil le matin du 12 juin 1944 mêlé aux maquisards et l'ont revu le 24 juin en uniforme allemand.

Selon la lettre du maire d'Ardes-sur-Couze, «Le 24 juin 1944 un groupe d'Allemands commandés par le lieutenant PERRET Marcel de la LVF (1) au cours d'une rafle ont arrêté sans motif plausible 3 habitants de la commune: Messieurs ANDRAUD Jean-Baptiste et QUATRESOUS Gilbert, gendarmes, et CHEVALIER Michel, horticulteur».

(1) LVF: Légion des Volontaires Français

 
Le rapport du 20 avril 1946 du Maréchal-des-Logis-chef BAYLE, commandant la brigade d'Ardes-sur-Couze, est accablant pour Marcel PERRET. «La patrouille allemande qui a opéré à Ardes dépendait de la garnison d'Issoire. Le nom de l'officier qui la commandait n'est pas connu (…) Mais il est certain que cette patrouille a agi le 12 juin à l'instigation du nommé PERRET et le 24 juin sous sa direction».

Le 19 juillet 1944 les trois hommes quittent la prison du 92ème RI de Clermont-Ferrand pour Compiègne où Gilbert QUATRESOUS reçoit le matricule N° 45430.

Le 28 juillet 1944 ils font partie des 1652 hommes déportés de Compiègne à Neuengamme où ils arrivent le 31 dans le convoi N° I.250.

Gilbert QUATRESOUS reçoit le matricule N° 39693 et, après la quarantaine, il est transféré au Kommando de Husum-Schwesing.

Husum-Schwesing: Kommando du KL Neuengamme. Ce Kommando du Schleswig-Holstein, situé près de la Mer du Nord, fonctionne de septembre à décembre 1944 pour creuser des tranchées anti-chars dans la zone côtière marécageuse. Plus de 1500 détenus y travaillent.
Source: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

Selon le témoignage de Georges VALTON, "En décembre 1944 il est parti d'Husum comme malade pour entrer au camp de Neuengamme. Fin janvier je l'ai retrouvé à ce camp au Block 4, il était toujours malade.
Le 18 ou le 20 mars 1945, 450 malades, parmi lesquels QUATRESOUS et moi, ont été embarqués dans des autocars de la Croix-Rouge Suèdoise pour être dirigés sur Stocken où nous sommes demeuré jusqu'au 8 avril 1945"

Hannover-Stöcken: Kommando du KL Neuengamme. Deux Kommandos du KL Neuengamme sont installés au nord-ouest de Hanovre. Le premier, créé en juillet 1943, travaille pour Acumulatoren-Fabrik AGà la production d'accumulateurs de sous-marins. L'évacuation a lieu le 7 avril 1945 vers Bergen Belsen.
Le second, ouvert de septembre à novembre 1944, est lié à la Continental-Gummi-Werke AG pour la fabrication de caoutchouc pour pneus d'avions et d'automobiles. L'évacuation se déroule sur Hanovre-Ahlem.
Sources: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation et Mémorial des Français Déportés à Neuengamme.


Suite du témoignage de Georges VALTON, " Ce jour-là, nous avons été repliés par fer sur Hanovre. Dans cette ville vers 23 heures, avec une trentaine de camarades, je me suis évadé. A partir de ce moment, j'ai perdu QUATRESOUS de vue. Par la suite, j'ai appris que tous les camarades demeurés dans ce convoi avaient été débarqués dans une localité que je ne puis nommer et brûlés dans une grange par leurs gardiens ou fusillés".

Ce témoignage est confirmé par 3 autres déportés.

Selon le jugement du Tribunal Civil d'Issoire du 23 août 1946, Gilbert QUATRESOUS «a été exécuté au camp de Neuengamme (Allemagne) lors de l'évacuation du camp au début d'avril 1945».

Le décès n'est pas transcrit à l'état civil de Gannay-sur-Loire.
 
"Mort pour la France"
 

Hommages posthumes

Citation à l'Ordre de la Division avec attribution de la Croix de Guerre avec étoile d'argent le 31 mars 1947

«Bon gendarme qui a toujours donné satisfaction au cours de sa carrière. Animé d'un patriotisme ardent, est passé aux FFI le 6 juin 1944. Puis est venu en liaison à la brigade où il a été arrêté par une colonne allemande venue dans cette localité faire une opération».

Lui sont attribuées

- la Médaille Militaire (décret du 14 juillet 1948)

- la Médaille de la Résistance Française à titre posthume (décret du 22 septembre 1953).

 
 
 

Document de gauche: La carte de Déporté Résistant N°1.011.08800 lui est attribuée  à titre posthume sur décision du Ministère des Anciens Combattants et Victimes de Guerre en date du 13 février 1952. Source: Direction Interdépartementale des Anciens Combattants de Clermont-Ferrand.

Document de droite: Plaque à la gendarmerie d'Ardes-sur-Couze. Photo transmise par la gendarmerie d'Ardes-sur-Couze. Remerciements.

"Mort en déportation" suite à l'arrêté de la Directrice Générale de l'Office national des Anciens Combattants et Victimes de Guerre en date du 5 novembre 2013 paru au Journal Officiel N°17 du 21 janvier 2014 page 1084.
 

Sources:

- Archives Départementales de l'Allier 1 R 1929.1013.2016,

- Archives Départementales du Puy-de-Dôme 908 W 202

- Archives de la famille

- Direction Interdépartementale des Anciens Combattants de Clermont-Ferrand

- Division des Archives des Victimes des Conflits Contemporains 21P 138789

- Etat civil de Gannay-sur-Loire (03) et d'Ardes-sur-Couze (63)

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation Editions Tirésias 2004

- Mémorial des Français et des Françaises à Neuengamme Amicale de Neuengamme

- MemorialGenweb site Internet

- Service Historique de la Gendarmerie
 
©  AFMD de l'Allier