Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 

MADRY Mieczyslaw

Nous sommes à la recherche d'une photo.

est né le 8 décembre 1912 à Lodz (Pologne).

Prisonnier de guerre il est transformé en travailleur forcé du 9 octobre 1940 au 31 août 1941 à la Korksteinwerke. Il réside alors à Coswig dans le district de Dresde (Saxe).

On peut supposer qu'il réussit à s'évader et à rentrer en France, car on le retrouve d'abord comme travailleur étranger au 951ème G.T.E. (Groupe de Travailleurs Etrangers) à Louroux-de-Bouble (03), puis comme ouvrier à l'usine Dunlop à Montluçon (03). Il est alors domicilié à la Cité Dunlop Bâtiment 20 Cour 4.

Il est arrêté sur son lieu de travail le 24 juillet 1943 par les autorités allemandes pour «propagande communiste et menées terroristes ».

 
Selon une note des Renseignement Généraux "Le 24 juillet 1943 vers 9 H 30 trois policiers allemands de la Brigade Criminelle de Vichy, accompagnés de 10 soldats en armes , se rendirent aux Usines Dunlop où, sur leur demande, le Chef du Personnel convoqua les trois ouvriers polonais".

Il s'agit de Mieczyslaw MADRY, Josef PITUCH  et Franciszek SOLTYS. Quant à Stanislas TYBURCY  il est  arrêté à son domicile.

Selon la note des Renseignements Généraux de l'Allier «On suppose que ces arrestations ont eu lieu sur dénonciation anonyme. Cette hypothèse s'appuyait sur la présence dans ce groupe d'ouvriers polonais d'un élément plus que douteux (…) qui quitta Montluçon aussitôt après».

Le 17 septembre 1943 il est déporté -ainsi que ses camarades- de Compiègne à Buchenwald où il arrive le 19 dans le convoi N° I.136. Il reçoit le matricule N° 21180.

Selon le Service International de Recherches d'Arolsen, il est transféré au Kommando de Dora.

Dora: Ce camp dépend à l'origine du KL Buchenwald qui n'est situé qu'à environ 80 km. Il a été créé en septembre 1943 pour accueillir dans ses tunnels l'usine de Peenemünde bombardée par la RAF le 17 août 1943. Les déportés travaillent en deux équipes de douze heures. Ils creusent des galeries dans des conditions abominables. Ils restent six mois sans voir le jour et couchent à même le sol. La mortalité est très élevée. Dora devient autonome en octobre 1944.
Source: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

Il décède
- le 14 mars 1944 à Dora  selon le Service International de Recherches d'Arolsen
- le 21 mars 1944 à Buchenwald selon le livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

La différence dans les dates de décès peut s'expliquer par le fait qu'à cette période le Kommando de Dora n'était pas encore équipé de fours crématoires. Les cadavres étaient stockés dans la galerie 36 dans l'attente de leur transfert à Buchenwald dans le camion qui apportait le pain à Dora!

 
Sources:

- Archives Départementales de l'Allier 778 W 12, 1580 W 9, Occupation allemande Arrestations 996 W 6110,

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation Editions Tirésias 2004

- Mémorial Buchenwald Dora Kommandos  Association Française Buchenwald Dora et Kommandos

- Sellier André Histoire du camp de Dora  Editions La Découverte 1998

- Service International de Recherche d'Arolsen  1.1.5.3 /  6540392, 1.1.27.1 / 39573016,  2.1.4.2 / 70989893,
 
 

© AFMD de l'Allier