Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 
LESIMPLE Andrée Gabrielle dite Gaby
 
 
Archives de la famille

Andrée Gabrielle LESIMPLE dite Gaby est née le 19 janvier 1917 au domicile de ses parents au bourg de Paray-le-Frésil (Allier). Son père Louis est buraliste  et sa mère Raphaëlle née ALCARAS est sans profession.
 
La famille vient habiter à Bellerive-sur-Allier (03) en 1923. Elle travaille avec son père et épouse  le 29 janvier 1938 à Bellerive-sur-Allier Louis DUPRÉ, agent de police.

Source de la photo: Archives de la famille.
 

La Résistance

Selon une attestation de Louis DUPRÉ, agent P2 aux réseaux "Alliance" et "Buckmaster", elle entre en Résistance comme agent de renseignements, de liaison et d'hébergement au réseau "Alliance" à compter du 1er janvier 1943 sous les ordres de Jean SABATIER, dentiste, 6 rue Burnol à Vichy. Elle participe à plusieurs missions dont la plus importante est celle qui mène à «l'enlèvement du commandant italien de la flotte méditerranéenne au moment de la reddition italienne à Saint-Raphaël. Cette action permet d'obtenir les plans de la défense côtière de toute la région méditerranéenne».

Début septembre 1943, déjà recherchée par la Gestapo, Gabrielle LESIMPLE se cache chez le père de Jean SABATIER, 152, rue Jean Jaurès à Vichy. Avec elle se trouvent son mari, Louis DUPRÉ, et un Anglais, Capitaine du War Office, André VASSEUR/John WATSON, arrêté le 2 septembre 1943 par la Gestapo et qui a réussi à s'en évader.

Une opération de la Gestapo du secteur de Vichy le 21 septembre 1943 décime le réseau –plus d'une vingtaine d'arrestations à Vichy «dont les conséquences furent dramatiques pour l'ensemble du réseau» selon Marie-Madeleine FOURCADE. Ce même jour, grâce à André CHAUVEL qui les prévient, Gabrielle LESIMPLE, Louis DUPRÉ et André VASSEUR quittent la villa rue Jean Jaurès et gagnent le maquis de Châtel-Montagne.

Le maquis

André MANDART, chef du maquis de la Pourière à Châtel-Montagne, responsable civil, atteste que «Madame LESIMPLE a été amenée à son maquis en octobre 1943 avec son mari et un officier anglais, VASSEUR, à la suite de l'arrestation de Monsieur SABATIER, chef du réseau Alliance à Vichy, et a quitté le maquis le 4 février 1944, date de l'arrestation du maquis».

Gabrielle quitte le maquis de la Pourière avant le 4 février 1944 et retourne à Bellerive-sur-Allier où il semblerait qu'elle continue ses missions.

L'arrestation et l'internement

Dans le récit qu'elle fait de son arrestation pour la Direction Interdépartementale des Anciens Combattants, Gabrielle LESIMPLE signale qu'elle a été «appréhendée par la Gestapo le 21 mai 1944 à son domicile (4, rue des Fleurs) à Bellerive-sur-Allier. Elle était venue prendre du repos chez elle lors de son retour du maquis de Châtel-Montagne et devait repartir le lendemain après réception d'un message qu'elle attendait». Elle est internée à Vichy, puis à Moulins à la Mal-Coiffée. De là elle est transférée au Fort de Romainville (Seine-Saint-Denis) où elle reste jusqu'au 21 juillet 1944.

Le Fort de Romainville

Ce fort militaire est situé sur la commune des Lilas en Seine-Saint-Denis au nord-est de Paris. Il accueille d'abord des prisonniers de guerre et des otages, dont certains seront fusillés au Mont-Valérien. Puis à partir de 1943 il devient l'antichambre de la déportation avant de servir de prison pour femmes en 1944.

Photographie, prise à la Libération, des casemates où étaient enfermés des détenus. Source: Les oubliés de Romainville un camp allemand en France (1940-1944) par Thomas Fontaine Editions Taillandier mai 2005.

La déportation

Le 21 juillet 1944 54 femmes- dont 10 résistantes de l'Allier- sont extraites du Fort de Romainville et conduites à la gare de l'Est à Paris. Le fait qu'elles soient déportées dans des wagons de voyageurs spécialement aménagés signifie qu'elles ont droit à un traitement spécial, celui réservé aux déportés N.N., c'est-à-dire Nacht und Nebel ou Nuit et Brouillard. En fait le convoi référencé N°I.249 dans le livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation voyage sous haute surveillance de la Gestapo.
 
 
 
Les 54 femmes arrivent le 21 juillet à Sarrebruck camp de Neue Bremm où elles restent pendant trois semaines à faire «l'apprentissage» de la vie en camp de concentration. Le 13 août probablement, elles sont transférées dans le camp pour femmes de Ravensbrück où le lendemain elles sont immatriculées dans la série des 51300. Gabrielle LESIMPLE est déportée sous son nom de femme mariée: DUPRÉ. Son numéro de matricule à Ravensbrück  n'est pas connu.
 
 
Le 26 août 1944, Gabrielle est affectée au kommando de Belzig.

Belzig: Kommando du KL Ravensbrück. Ce Kommando travaille pour une briqueterie. Il est situé à 30 km au sud de Brandenburg.
Source: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

Elle reçoit le matricule N° 36615. F pour Français et le triangle rouge pour les déportés politiques qu'elle a ramené de Belzig.

Photo: AFMD de l'Allier.
 
Elle est rapatriée le 19 juin 1945.
Archives de la famille

Son mariage avec Louis DUPRÉ est dissous suite au jugement rendu le 26 juillet 1949 par le Tribunal Civil de Gannat (03).

 

Note de l'AFMD de l'Allier

Son frère Louis LESIMPLE est déporté le 15 juillet 1944 de Compiègne à Neuengamme et Bremen-Farge où il décède le 4 avril 1945.

Son beau-frère Guy SOUBRY est déporté le 15 juillet 1944 de Compiègne à Neuengamme, Farge, Osterort et Sandbostel. Il rentre le 9 juin 1945.

Sa sœur Suzanne épouse SOUBRY n'a évité la déportation que grâce à l'intervention du consul de Suède. Elle est libérée du Fort de Romainville le 19 août 1944.
 
 
DIAC  Clermont-Ferrand Archives de la famille
Document de gauche ci-dessus: La carte de Déporté Politique N° 2.111.13162 lui est attribuée sur décision du Ministère des Anciens Combattants et Victimes de  Guerre en date du 20 octobre 1954. Source: Direction Interdépartementale des Anciens Combattants de Clermont-Ferrand.

Document de droite: Gabrielle LESIMPLE adhéra, entre autres, à l'ADIR que présidait Geneviève ANTHONIOZ-De GAULLE. Source: Archives de la famille.
 
 Elle décède le 25 février 2003 à Vichy (Allier).
 

Sources:

- Archives Départementales de l'Allier 1864 W 1, 1756 W 2 N° 13473,

- Archives de la famille

- Direction Interdépartementale des Anciens Combattants de Clermont-Ferrand

- Etat civil de Paray-le-Frésil (03) et de Bellerive-sur-Allier (03)

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation Editions Tirésias 2004

- Office Départemental des Anciens Combattants de l'Allier
 
 

© AFMD de l'Allier