Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
  SUDRIE André Camille


est né le 27 juin 1891 au bourg de Saint-Martin-de-Fressengeas (24). Son père Aubin est commis des Postes et Télégraphes et sa mère Marie née PASSERIEUX est sans profession.

Incorporé le 8 octobre 1912 il est affecté au 5ème Régiment du Génie (24ème Bataillon) avant de passer au 8ème Régiment du Génie. Il est maintenu sous les drapeaux suite au décret de mobilisation générale du 1er août 1914. Passé sergent le 1er novembre 1918 il est démobilisé le 21 août 1919.

Source de la photo ci-contre: Archives de la famille.


Il est commis des Postes  à Périgueux quand il épouse Renée CHALAVIGNAC le 27 mai 1919 à Paris (13ème).

Pendant la Deuxième Guerre Mondiale , il exerce le métier d'ingénieur à la Radiodiffusion Nationale et  est domicilié Villa Maridet à Vichy (03). Il entre en résistance au réseau «Jade-Fitzroy» le 1er mars 1943.

Jade-Fitzroy: Réseau affilié à l'Intelligence Service créé en en décembre 1940 par Claude Lamirault. Il se spécialise dans la recherche de renseignements militaires destinés au M 16 à Londres. Il recueille le maximum de renseignements concernant les déplacements de l'armée allemande, la production aéronautique, l'activité des ports, les transmissions téléphoniques et télégraphiques ainsi que l'emplacement des défenses côtières, puis des rames de lancement V1 et V2.
Source: Alya Algan dans Dictionnaire Historique de la Résistance.


Il est arrêté par la Gestapo le 8 mars 1944 à Vichy (03).  Sont arrêtés dans la même affaire Roger FOIX et Jean SCHLOTTERBECK.

Le 12 mai 1944 il est déporté de Compiègne à Buchenwald où il arrive le 14 dans le convoi N° I.211. Il reçoit le matricule N° 51764 et passe  la quarantaine au Petit Camp au Block 63. Il est ensuite transféré au Kommando de Langenstein où il arrive le 20 juin. Il est affecté au Block R.

Source du document ci-dessus: Service International de Recherches d''Arolsen 7215889.

Il est ensuite transféré au Kommando de Langenstein où il arrive le 20 juin. Il est affecté au Block R.

Langenstein ou "Malachit" ou "Zweiberge": Kommando du KL Buchenwald. Ouvert en avril 1944 ce Kommando est installé près du village de Langenstein, à quelques kilomètres d'Halberstadt. Le chantier de Langenstein est le chantier B2 du Sonderstab Kammler. Les détenus creusent près de 10 km de galeries dans les collines du Thekenberg devant servir à enterrer les productions des usines Junkers. Au total, près de 7000 détenus y travaillent. 3000 détenus sont évacués le 9 avril 1945 et 1600 sont libérés le 13 avril 1945 par les Américains.
Source: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.


Le 4 novembre 1944 il est évacué comme invalide vers Buchenwald comme l'indique la "Liste des déportés ayant été rappelés à Buchenwald ou ailleurs", liste transmise par l'Amicale de Langenstein. La date figure dans la 7ème colonne: "44.11.04".



Source du document ci-dssus: Mémorial de Langenstein transmis par l"Amicale de Langenstein.

Il y est libéré et est rapatrié le 7 mai 1945.

Selon le Service Historique de la Défense (Dossier GR 16 P 558541), il est homologué en tant que Résistant au titre des F.F.C (Forces Françaises Combattantes), de la R.I.F. (Résistance Intérieure Française) et des D.I.R. (Déportés et Internés Résistants).

Lui sont attribuées
- la carte de Déporté Résistant N° 1.008.05633 sur décision du Ministère des Anciens Combattants et Victimes de Guerre en date du 31 août 1951
- la carte de Combattant Volontaire de la Résistance le 21 août 1952 par l'Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre de la Haute-Vienne.

Source des documents ci-dessus: Archives de la famille.

Témoignage oral  de Camille SUDRIE, directeur de Radio Limoges, enregistré en 1953 et transmis par la famille.

 « J’ai retrouvé quelques notes jetées sur des feuillets épars peu de jours après la libération de Buchenwald. Je ne changerai rien à la forme schématique que, faute de moyens, j’avais adoptée à l’époque.

11 avril 1945 : un jour pas comme les autres. La veille on s’attendait au pire. Mais l’ordre de destruction  du camp n’a pas été exécuté. Silence dans les blocks. Défense absolue de sortir. On attend.

Depuis des semaines les sections sont en état d’alerte. L’évacuation du camp a commencé le 8. Des milliers de häftlings (1) sont sur la route. Que sont-ils devenus ? La route et le plus souvent la mort.

Notre block devait lui aussi être évacué. Un tour de force qui tient du prodige nous a fait éviter la catastrophe. Un coup de chapeau aux camarades qui ont organisé notre camouflage. Bien joué. Malheureusement certains des nôtres ont suivi ceux du Block 26. Ils sont partis. Le bruit court qu’ils ont été massacrés. Notre cœur saigne.

Hier  des camarades des sections de choc ont filé  le long des blocks avec des ruses de Sioux. On suppose qu’ils sont allés prendre des armes. La résistance est bien organisée. Les Américains ne devraient plus être loin. On croit qu’ils passent au pied de la colline pour s’occuper de nous. Les mouchards sont en l’air et survolent la carrière. Le bruit des mitrailleuses se rapproche. Il y a de la bagarre dans les environs. La tour et les miradors sont évacués par les S.S.

On voudrait  se rendre compte. Soudain des hourras. Le drapeau blanc est hissé au sommet de la tour. C’est bientôt la fin. La chasse aux S.S. se poursuit autour du camp. Des häftlings ramènent les prisonniers. On commence à respirer. Les G.I.s ne vont pas tarder à se montrer. En attendant ce sont les häftlings qui montent la garde du camp. On va pouvoir sortir des barbelés. Mais à quand le retour en France ?

J’ai attendu jusqu’au 22 avril pour quitter définitivement le camp. Les onze derniers jours ont paru interminables. Certes nous n’avions plus le souci de nous dire  comme chaque matin en partant pour le travail forcé :   De quoi ce jour sera-t-il fait ? Tiendrai-je jusqu’à ce soir? J’avais vu de nombreux camarades épuisés tomber sur le chantier.  Le crématorium étant saturé, les cadavres parcheminés restaient entassés  autour du bâtiment.

Maintenant, malgré ma faiblesse, j’étais à peu près certain de rentrer en France. Qu’allais-je retrouver des miens qui étaient restés sans nouvelle ? Avaient-ils été eux aussi victimes de la Gestapo ? Et que se passait-il en France où l’on s’était tant battu ? Que restait-il de notre pays ?

Ainsi après tant de longs mois d’isolement notre délivrance fut pour beaucoup d’entre nous suivie d’un nouveau sentiment d’angoisse qui prédominait et devait étouffer en nous la joie d’une libération si longtemps, si ardemment espérée. »

 Note 1 : häftling = détenu, déporté.


Il décède le 10 avril 1960 à Peyrilhac (87).

Sources:

- Archives Départementales de Dordogne 2 R 1045 Périgueux

- Archives du camp de Langenstein sur Ancestry.com et JewishGen.org

- Archives de la famille

- Bureau des Archives des Victimes des Conflits Contemporains

- Dictionnaire Historique de la Résistance sous la direction de François Marcot Robert Laffont 2006

- Etat civil de Saint-Martin-de-Fressengeas (24)

- Mémorial de Langenstein transmis par l'Amicale de Langenstein

- Service Historique de la Défense (Dossier GR 16 P 558541)

-  Service International de Recherches d''Arolsen 7215889


©  AFMD de l'Allier