Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
  FOIX Roger Fernand Luc

Archives de la famille

est né le 27 mai 1915 à Palaiseau (91). Son père Fernand est menuisier et sa mère Yvonne est bijoutière. Ils sont domiciliés au N° 117, rue de Paris à Palaiseau.

Source de la photo: Archives de la famille. 

Le 29 janvier 1938 il épouse Micheline BRUNOT à Palaiseau.

Il entre au Deuxième Bureau service radio par l'intermédiaire d'un ami. Après plusieurs examens et un stage à Bouillargues (30) il est nommé au G.C.R. (Groupement de Contrôles Radioélectriques) au Château des Cours à Hauterive (03). Il est domicilié au N°18, rue du 11 novembre à Vichy (03).

Source de la photo: Archives de la famille.

Archives de la famille

Le G.C.R. (Groupement de Contrôles Radioélectriques) est basé au Château des Cours à Hauterive (03).
Sous la direction du commandant LABAT et du commandant ROMON et sous le couvert d'écoutes de presse et d'écoutes commerciales pour le Gouvernement de Pétain, le GCR travaille en fait pour le 2ème Bureau français.
Quelques exemples
- établissement des schémas radio de la Gestapo et de la Wehrmacht
- analyse de l'ordre de bataille des forces allemandes
- interception des émissions allemandes et transmission à Londres
- transmission à Cadix de messages allemands pour décryptage «Enigma»
Source: François Romon.



Il appartient au réseau «Jade Fitzroy».

Jade-Fitzroy: Réseau affilié à l'Intelligence Service créé  en décembre 1940 par Claude Lamirault. Il se spécialise dans la recherche de renseignements militaires destinés au M 16 à Londres. Il recueille le maximum de renseignements concernant les déplacements de l'armée allemande, la production aéronautique, l'activité des ports, les transmissions téléphoniques et télégraphiques ainsi que l'emplacement des défenses côtières, puis des rames de lancement V1 et V2.
Source: Alya Algan dans
Dictionnaire Historique de la Résistance.

Selon la famille, «il quitte le service en 1943 pour entrer à la Radiodiffusion Nationale par mutation d'administration en accord avec le Commandant du service. Sa nouvelle fonction, Adjoint à l'Ingénieur Chef de l'Exploitation pour la zone sud du réseau des émetteurs de la Radiodiffusion Nationale, lui permet de circuler entre Vichy et Paris, d'assurer la liaison avec les éléments du réseau installé à Paris».

Il est arrêté au retour de Paris le 4 mars 1944 par la Gestapo de Vichy et transféré le 8 mars à la Mal-Coiffée, prison militaire allemande à Moulins (03). Sont arrêtés dans la même affaire Jean SCHLOTTERBECK et Camille SUDRIE.

Le 12 mai 1944 il est déporté de Compiègne à Buchenwald où il arrive le 14 dans le convoi N° I.211. Il y reçoit le matricule N° 51763.


Source du document ci-dessus : Service International de Recherches d’Arolsen 5873524.


Après la quarantaine il reste au camp central avant d'être transféré le 13 décembre au Kommando de Reichenau près de Gablonz an der Neisse (Jablonec nad Nisou en République Tchèque).

Reichenau: Kommando de Gross Rosen. Première mention le 3 décembre 1944, dernière le 29 mars 1945. Kommando situé dans l'ancienne Tchécoslovaquie, près de l'usine Getewent.
Source: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

Il y est libéré le 8 mai 1945 par les partisans tchèques et passe un mois en convalescence à l'hôpital de Prague.

Son premier mariage ayant été dissous, il épouse Annick DELAVEYNE à Paris (15ème) le 16 juillet 1949 et ils ont 5 enfants.

Selon le Service Historique de la Défense (Dossier GR 16 P 227015), il est homologué en tant que Résistant au titre des F.F.C. (Forces Françaises Combattantes) et des D.I.R. (Déportés et Internés de la Résistance).

Lui sont attribuées

- la Légion d'Honneur – Officier Rosette

- la Croix de Guerre 1939/1945 avec palmes

- la Médaille de la France Libre

- la Médaille de la Résistance

- la Croix du Combattant 1939/1945

- la Croix du Combattant Volontaire de la Résistance



 

Archives de la famille
Archives de la famille Archives de la famille

Source des quatre documents ci-dessus: Archives de la famille.

Il prend sa retraite en 1984 et va s'installer à Dinard en 1986.

Il décède le 26 février 1997 à Dinard (35).


Sources:

- Archives Départementales du Puy-de-Dôme 908 W 168

- Archives de la famille

- Dictionnaire Historique de la Résistance sous la direction de François Marcot Robert Laffont 2006

- Etat civil de Palaiseau (91)

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation Editions Tirésias 2004

- Mémorial Buchenwald Dora Kommandos Association Française de Buchenwald Dora et Kommandos

- Romon François Arrestations au GCR 14 janvier 2008

- Service Historique de la Défense (Dossier GR 16 P 227015)

- Service International de Recherches d’Arolsen 5873524

©  AFMD de l'Allier