Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 

VAN WEERDEN Armand François Clément

Nous sommes à la recherche d’une copie de sa carte de Déporté. Contactez-nous : afmddelallier@orange.fr


est né le 30 octobre 1907 à Viroflay (78). Il est le fils d'Auguste et de Marie Josèphe née MACÉ.

Il fait son service militaire au 4ème Régiment de Hussards à Rambouillet (78).

Mobilisé le 26 août 1939 il est affecté au 25ème groupe de Reconnaissance. Il obtient la Croix de Guerre avec plusieurs citations. Il est fait prisonnier le 18 juin 1940, mais il s'évade au bout d'un mois et rejoint son régiment.

Source de la photo ci-contre: Archives de la famille.

Domicilié 48, rue d'Auteuil à Paris (16ème), il part pour Vichy (03) où il devient l'un des adjoints de Georges REYNAL, directeur du Service Central Photographique.

Il appartient au Groupement Roussel depuis le 1er mars 1943 et est nommé – ainsi que Georges REYNAL et René JANÇON - chef de section par le colonel COLLIOU.

Il est arrêté le 3 février 1944 à Lapalisse (03) en compagnie de Georges REYNAL et de René JANÇON sur dénonciation.

Selon une attestation du Général PFISTER, ex chef de l'O.R.A. (Organisation de Résistance de l'Armée) Zone Sud, «C'est au cours d'une mission qu'il allait accomplir pour mon compte en Haute-Savoie, au profit des maquis des Glières qu'il fut arrêté à Lapalisse, le 3 févier 1944 en compagnie de Monsieur Georges REYNAL et du Commissaire JANÇON».

Il est ensuite interné à la Mal-Coiffée, prison militaire allemande à Moulins (03).

Le 4 juin 1944 il fait partie des 2064 hommes déportés de Compiègne à Neuengamme où il arrive le 7 dans le convoi N° I.223. Il reçoit le matricule N° 33477 et   est affecté au Kommando de Schandelah après la quarantaine.

Schandelah: Kommando du KL Neuengamme situé à 10 km à l'est de Braunschweig. Ouvert le 8 mai 1944 il est évacué le 10 avril 1945 vers Wöbbelin. Les détenus –environ 800- travaillent pour la raffinerie Steinöl à l'exploitation de schistes bitumineux.
Source: Mémorial des Français déportés à Neuengamme.

Il est évacué le 10 avril 1945 vers Wöbbelin.

Wöbbelin: Kommando du KL Neuengamme. Situé à 9 km au nord de Ludwigslust et à 31 km au sud de Schwerin, dans le Mecklembourg, le site de Wöbbelin est choisi en février 1945 pour la construction d'un camp de prisonniers de guerre. Mais, dès avril 1945, lors des évacuations des différents lieux dépendant de KL, il devient le point de convergence de nombreux convois d'évacuation. Il est libéré le 2 mai 1945.
Source: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.


Il décède le 29 avril 1945 à Ludwigslust (Allemagne) selon l'état civil de Viroflay et le JO N° 129 du 6 juin 2001.

«Mort pour la France»

Selon le Service Historique de la Défense (Dossier GR 16 P 585916), il est homologué en tant que Résistant au titre  de la R.I.F. (Résistance Intérieure Française) des D.I.R. (Déportés et Internés Résistants)

La carte de Déporté Résistant N° 1.001.11419 lui est attribuée à titre posthume  sur décision du Ministère des Anciens Combattants et Victimes de Guerre en date du  8 juillet 1952.

Il est homologué au grade de lieutenant au titre de la Résistance Intérieure Française.

"Mort en déportation" suivant l'arrêté du Secrétariat d'Etat à la Défense chargé des Anciens Combattants en date du 29 mars 2001 paru au Journal Officiel N° 144 du 23 juin 2001.

Sources:

- Archives de la famille

- Denoyelle Françoise La photographie d'actualité et de propagande sous le Régime de Vichy CNRS Editions 2003

- Division des Archives des Victimes des Conflits Contemporains

- Etat civil de Viroflay (78)

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation Editions Tirésias 2004

- Mémorial des Français Déportés à Neuengamme Amicale de Neuengamme

- memorialgenweb site Internet

- Service Historique de la Défense (Dossier GR 16 P 585916)


©  AFMD de l'Allier