Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 

LINAS Fernand Léon Jean

Nous sommes à la recherche de renseignements complémentaires.

est né le 17 août 1897  à Toulouse (31). Son père  Ernest est employé de banque et sa mère Jeanne née BARTHÉLÉMY est sans profession.

Incorporé le 11 août 1916, il est affecté au 88ème Régiment d’Infanterie. Il passe caporal le 21 janvier 1917 et est transféré  au 73ème Régiment d’Infanterie. Il est fait prisonnier le 12 juin 1918 et est rapatrié le 19 novembre 1918 suite à l’Armistice. Il est rayé des contrôles le 27 septembre 1919.

Source de la photo: Archives de la famille.


Cité à l’ordre du régiment du 25 juin 1918 :
«  Caporal mitrailleur ayant le plus grand mépris du danger ; a mis sa pièce en batterie sous le feu violent de l’ennemi et a par son tir enrayé sa progression ».

Lui est attribuée la Croix de Guerre avec Etoile de Bronze.

Il est classé en affectation spéciale en tant que commissaire du Service de la Sûreté Générale à Paris.

Le 30 avril 1942 il épouse Germaine LETESSIER à Vichy (03).

Officiellement domicilié place Dupuy à Toulouse, il est Contrôleur Général de la Sûreté Nationale.

Il est déporté en compagnie d' Henri BROIS et de Gaston SURVILLE le 29 août 1944 de la prison de Sarrebourg à celle de Stuttgart (Allemagne). Son statut va ensuite changer: de détenu il devient   «personnalité-otage».

Personnalités-otages: un certain nombre de personnes occupant en général des postes à responsabilité civile, politique ou militaire voire religieuse sont arrêtées souvent de manière préventive à cause du danger qu'elles pouvaient représenter, puis déportées. Elles devaient servir le cas échéant de monnaie d'échange. Elles ont eu un sort enviable en comparaison des autres déportés. 

Il est alors transféré au château d'Eisenberg.

Le château d'Eisenberg est officiellement un Kommando du KL Flossenbürg créé en juin 1943. Il est situé dans l'ancienne Tchécoslovaquie et est chargé de recevoir des "Personnalités-otages".
Source: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

Il est libéré à Eisenberg le 8 mai 1945 et est rapatrié le  13 mai 1945.

Selon le Service Historique de la Défense Dossier (GR 16 P 343863), il est homologué en tant que Résistant au titre des D.I.R. (Déportés et Internés de la Résistance).

Lui sont attribuées
- la carte de Déporté Résistant par décision ministérielle N° 040  en date du 23 février 1954
- la Légion d’Honneur (Officier)  par décret en date du 31 août 1961
- la Croix du Combattant Volontaire 1939-1945 par décision ministérielle N° 2989 du 28 août 1969.

Il décède à Rivière  (37) le 1er juin 1993.




Sources :

- Archives Départementales de Haute-Garonne 11 R 430,

- Archives Générales du Royaume de Belgique série 1.1.47.1, 

- Archives de la famille

- Archives Municipales de Toulouse  1 E 575

- Bureau des Archives des Victimes des Conflits Contemporains

- Etat civil de Vichy (03)

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation Editions Tirésias 2004

- Service Historique de la Défense Dossier (GR 16 P 343863)


© AFMD de l'Allier