Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 

EHRLICH Alojzy/Alex

 
Est né le 1er janvier 1914 à Komańcza (Pologne) dans le triangle des Carpathes. Il est le fils unique d'Izraël de descendance juive et de Blima née BRAND qui est catholique. Il est circoncis et baptisé.  Puis la famille s'installe à Lvov où il découvre le tennis de table qui restera la passion de sa vie.

En 1933, son père l'envoie faire ses études universitaires à la Faculté Catholique de Lille. J
oueur  de tennis de table de valeur internationale, il sera trois fois vice-champion du monde en simple battu en finale 1936, 1937 et 1939.

En 1940 il s'engage dans l'armée polonaise à la 3ème division de chars en France.

Source de la photo ci-contre: Fédération Française de Tennis de Table. Remerciements.

Il est intégré au 861ème Groupe de Travailleurs Etrangers de Bourbon-l'Archambault (03) en tant que bûcheron.

Le 18 juin 1944 vers 20 heures la Milice arrive à Bourbon-l'Archambault et arrête la famille QUILLIER ainsi que le gendarme Jean DURAND et Louis PEROZ qu'elle emmène à l'Hôtel des Sources pour interrogatoire. Alex EHRLICH s'y trouve en compagnie de Pierre WILDENSTEIN avec qui il est en train de prendre une consommation. Le seul tort de ces deux hommes, c'est d'être Juifs et ils sont eux aussi arrêtés.
 
 
La Milice fait appel aux Allemands qui transfèrent les cinq hommes à la Mal-Coiffée, prison militaire allemande à Moulins (03).
 
Là leur sort va être dissocié. Jean DURAND, Louis PEROZ et Emile QUILLIER, arrêtés par mesure de répression, vont être envoyés dans un camp de concentration , en l'occurrence Buchenwald. Alex EHRLICH et Pierre WILDENSTEIN, arrêtés par mesure de persécution, vont être envoyés à Drancy, puis dans un camp d'extermination, Auschwitz.
 
Le 15 juillet il est transféré  à Drancy où il reçoit le matricule N° 25138.
 
Source du document: Centre de Documentation Juive Contemporaine.
 
Source: Centre de Documentation Juive Contemporaine.
 
Le 31 juillet 1944 il est déporté de Drancy à Auschwitz par le convoi N° 77.
 
 
Source du document ci-dessus: Mémorial de la Shoah C77_15.

Dans Le Mémorial de la Déportation des Juifs de France, Serge Klarsfeld écrit à propos du convoi N° 77: " Le nombre des déportés était de 1300. Ce convoi 77 (...) entraîne vers les chambres à gaz d'Auschwitz plus de 300 enfants de moins de 18 ans. (...) 291 hommes furent sélectionnés avec les matricules B 3673 à B 3963; de même pour 283 femmes (A 16457 à A 16739). Il y avait en 1945 209 survivants dont 141 femmes".

Il  est sélectionné pour le travail avec le matricule N° B-3742

Face 
à l'avance des troupes soviétiques il est évacué d'Auschwitz et arrive à Dachau le 28 janvier 1945.

Source: Mémorial annuaire des Français de Dachau.

Il y reçoit le matricule N° 139264 et y est libéré le 29 avril 1945. Il est admis à l'Hôpital américain le 18 mai 1945 et est rapatrié le 3 juin 1945 par Annemasse (74).  Il revient à Bourbon-l'Archambault en très mauvais état physiquement. Il passe deux semaines à l'Hôpital de Moulins, puis remonte sur Paris vers le 14 juillet 1945 pour se rendre à l'Hôtel Lutetia, centre d'accueil et de contrôle des déportés.

Source des documents ci-dessus: Copyright AFMD 75.

Il reste en France et  continue à exercer la passion de toute sa vie, le tennis de table. Il devient entraîneur .

Il épouse Lieselotte Inge née KÜHL.

Il tient jusqu'à sa mort un magasin d'articles de sports tennis de table dans la région parisienne.

Il décède le 7 décembre 1992 d' "une longue maladie" à l'Hôpital de Saint-Denis (93).

Source du document ci-contre: Fédération Française de Tennis de Table.

Nous laisserons la conclusion à Jean DEVYS, auteur d'une excellente  biographie d'Alex EHRLICH en 2 parties dans FTT magazine de février 2011 et avril 2011:
"S'il avait eu l'heur de naître hongrois ou anglais, s'il n'y avait pas eu la tragique coupure de la Deuxième Guerre Mondiale,  il eut été à coup sûr champion du monde, sans doute plus d'une fois. S'il avait consenti à se faire naturaliser dès la Libération- il remplissait alors toutes les conditions- il est fort à parier que son nom figurerait aujourd'hui au palmarès de nos championnats de France. Mais on ne peut réécrire l'Histoire...".

Remerciements particuliers à la Fédération Française de Tennis de Table pour son aide.
 

Sources:

- Archives du Musée d'Auschwitz  site Internet

- Centre de Documentation Juive Contemporaine C77_15

- Devys Jean  biographie d'Alex EHRLICH en 2 parties dans FTT magazine de février 2011 et avril 2011 transmise par la Fédération Française de Tennis de Table

- Division des Archives des Victimes des Conflits Contemporains

- Etat civil de Saint-Denis (93)

- Fallut Robert Faits divers 1939-1945 dans le canton de Bourbon-l'Archambault Imprimerie Guériaud 2003

Klarsfeld Serge  Mémorial de la Déportation des Juifs de France  1978

- Mémorial annuaire des Français de Dachau
Amicale des Anciens de Dachau 1987

 
©  AFMD de l'Allier