Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 
BUIGUEZ Vincent
 
 

est né le 3 janvier 1921 à Tunis (Tunisie).

Coiffeur réfractaire au STO (Service du Travail Obligatoire) il se réfugie dans l'Allier sans doute par l'intermédiaire de Paul BAQUIÉ.
 
Photo transmise par la famille de Paul BAQUIÉ.
Ce dernier, interné au camp de Mauzac en Dordogne, y rencontre les 9 de Meillard-Treban (03)  arrêtés le 9 novembre 1941 et transférés à Mauzac.
 
Selon sa fille Paul BAQUIÉ va venir se réfugier dans l'Allier avec ses deux frères, César et Richard, et ses copains de Marseille: Vincent BUIGUEZ, Auguste HONDE et Louis SIRICO.
 
Archives de la famille Baquié.
Le groupe des Marseillais dans une ferme de l'Allier. De gauche à droite: Vincent BUIGUEZ, César BAQUIÉ, Auguste HONDE, Paul BAQUIÉ et Louis SIRICO. Assis au premier plan, un cultivateur non identifié. Photo transmise par la famille BAQUIÉ.
 

On peut penser qu'ils sont venus dans l'Allier après le 16 février 1943, date de l'instauration du STO (Service du Travail Obligatoire) qui concerne les classes 1920-21-22.

En effet ils sont tous nés entre 1920 et 1922

César BAQUIÉ né le 9 avril 1920 à Marseille (13)

Paul BAQUIÉ né le 22 septembre 1921 à Marseille (13)

Vincent BUIGUEZ né le 3 janvier 1922 à Tunis (Tunisie)

Auguste HONDE né le 2 avril 1920 à Marseille (13)

Louis SIRICO né le 5 mai 1920 à Marseille (13)

Ils sont répartis dans plusieurs domaines. les BAQUIÉ chez Georges et Germaine BOURDOIS, Louis SIRICO au Latais, Vincent BUIGUEZ aux Champs.
 
 Bien sûr il participe aux travaux de la ferme: foins, moissons, récolte de pommes de terre.
 
Il est arrêté avec Louis SIRICO dans la rafle du 21 mars 1944  aux Champs à Meillard chez Madame NEUVILLE dont le mari Robert est prisonnier en Allemagne. Sont également arrêtées Lucienne DEPRESLES et sa fille Simone.
 

Le 12 mai 1944 il est déporté de Compiègne à Buchenwald où il arrive le 14 dans le convoi N° I.211. Il reçoit le matricule N° 52186 et après la quarantaine il est transféré au camp de Dora et au Kommando de Harzungen.

Harzungen, «Anna» ou «Mittelbau II»: Kommando des KL Buchenwald-Dora. Situé à quelques kilomètres de Dora, ce Kommando est ouvert en avril 1944. Il dépend d'ailleurs de ce complexe de Dora et son activité principale est l'installation d'une usine souterraine dans la colline du Himmelberg. Il est évacué vers Bergen Belsen.
Source: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.


Il est libéré le 11 avril 1945 à Bier.
 
 
Sources:

- Archives Départementales de l'Allier 1864 W 1,

- Archives de la famille Baquié

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation Editions Tirésias 2004

- Témoignage de Lucien Depresles
 
©  AFMD de l'Allier