Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 
SIRICO Louis Alexandre
 
 
Archives de la famille

est né le 5 mai 1920 au domicile de ses parents 58, rue Sainte-Barbe à Marseille (13) . Son père Giuseppe est cuisinier et sa mère Adélaïde née SPIEZIA est femme au foyer. Il est domicilié 36, rue Goudard à Marseille.
 
Il est célibataire et exerce la profession de plombier.
 
Photo: Archives de la famille.
 

Faisant partie des classes 1920-21-22 il est susceptible de partir au STO, ce qu'il refuse de faire.

S.T.O.: Par la loi du 16 février 1943 du gouvernement de l'Etat Français est créé le Service du Travail Obligatoire qui impose aux hommes nés au dernier trimestre de 1919 et en 1920-21-22 d'aller travailler pendant deux ans en Allemagne.

Réfractaire au STO (Service du Travail Obligatoire) il se réfugie dans l'Allier avec d'autres jeunes Marseillais sans doute par l'intermédiaire de Paul BAQUIÉ. Ce dernier, interné au camp de Mauzac en Dordogne, y rencontre les 9 de Meillard-Treban (03) arrêtés le 9 novembre 1941.

 
 
Archives de la famille Baquié.
Les Marseillais dans une ferme de l'Allier. De gauche à droite: Vincent BUIGUEZ, César BAQUIÉ, Auguste HONDE, Paul BAQUIÉ et Louis SIRICO. Assis au premier plan, un cultivateur non identifié. Source de la photo: Archives de la famillle Baquié.
 

On peut penser qu'ils sont venus dans l'Allier après le 16 février 1943, date de l'instauration du STO (Service du Travail Obligatoire) qui concerne les classes 1920-21-22.

En effet ils sont tous nés entre 1920 et 1922

César BAQUIÉ né le 9 avril 1920 à Marseille (13)

Paul BAQUIÉ né le 22 septembre 1921 à Marseille (13)

Vincent BUIGUEZ né le 3 janvier 1922 à Tunis

Auguste HONDE né le 2 avril 1920 à Marseille

Louis SIRICO né le 5 mai 1920 à Marseille (13)

Ils sont répartis dans plusieurs domaines. les BAQUIÉ chez Georges et Germaine BOURDOIS, Louis SIRICO au Latais, Vincent BUIGUEZ aux Champs.

Bien sûr ils participent aux travaux de la ferme: foins, moissons, récolte de pommes de terre, mais ils font aussi de la résistance.
 
Selon une attestation de Jean AMEURLAIN, responsable des maquis FTPF de l'Inter A groupant les départements : Allier, Puy-de-Dôme, Cantal, Loire et Haute-Loire, Louis SIRICO "a participé de manière active et continue à de nombreuses actions de ce groupe: transports d'armes, distribution de tracts clandestins et sabotages".
 
Selon la même attestation il est arrêté à Meillard chez Madame NEUVILLE dont le mari est prisonnier en Allemagne "le 21 mars 1944  par la Gestapo à la suite du sabotage du transformateur de Saint-Pourçain-sur-Sioule et sur dénonciation des frères Dumont agents de l'ennemi".
 
Sont également arrêtées Lucienne DEPRESLES et sa fille Simone.
 
Le 12 mai 1944 il fait partie des 2073 hommes déportés de Compiègne à Buchenwald où il arrive le 14 dans le convoi N° I.211. Il  y reçoit le matricule N° 52170.

Source du document ci-dessus: Service International de Recherches d''Arolsen  7120460. 

Après la quarantaine, il est transféré le 30 juillet au Kommando de Halle. Voir ci-dessous un extrait de la liste du transfert à Halle.

Source du document ci-dessus: Service International de Recherche d'Arolsen 1.1.5.1/5317714.
Halle: Kommando du KL Buchenwald. Ce vaste Kommando en superficie, situé dans les faubourgs de Halle, ouvre en août 1944. Les détenus fabriquent des pièces d'avion pour la firme Siebel. Ils y sont plus de 500 en janvier 1945.
Source: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.
Il est renvoyé à Buchenwald où il  est libéré le 11 avril 1945 et est rapatrié le 27 avril.
 
Il figure sur la liste des «Membres homologués de la Brigade française d'action libératrice» établie par Pierre DURAND.
 
Archives de la famille Archives de la famille

Document de gauche: Carte d'identification provisoire à la libération de Buchenwald. Source: Archives de la famille.

Document de droite: la carte de Déporté Politique N° 1.113.20041 lui est attribuée sur décision du Ministère des Anciens Combattants et Victimes de Guerre en date du 9 mars 1956.  Source: Archives de la famille.
 

Le 30 mars 1946 il épouse Gabrielle VIGUIER à Marseille.

Il décède le 20 décembre 1990 à Marseille (5ème).
 

Sources:

- Archives Départementales de l'Allier 1864 W 1,

- Archives de la famille

- Durand Pierre Les Français à Buchenwald et à Dora Editions Sociales 1er trimestre 1977

- Etat civil de Marseille (13)

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation Editions Tirésias 2004

- Mémorial Buchenwald Dora Kommandos  Association Française Buchenwald Dora et Kommandos

- Source du document ci-dessus: Service International de Recherche d'Arolsen 1.1.5.1/5317714.

- Témoignage de Lucien Depresles

 
©  AFMD de l'Allier